jeudi 22 juin 2017

Expression 39 : Le Momentum


Attention le Momentum arrive à fond et en force, il en est partout question : en politique , dans la publicité , les médias, le sport .. , tous ceux qui font les codes de la pensée dominante en parlent . Mais de quoi le Momentum avec un M., s'il vous plait, est-il exactement  le nom ?

#Voilà la question du jour, celle à laquelle le dictionnaire lui même a du mal à répondre.
En effet il ne connait le Momentum que comme l'étymologie de notre familier : moment.
Momentum ne serait pas un mot si ancien, mais plutôt une forme renaissante d'un vieux mot latin, qui chercherait  à concrétiser une envie pressante de se distinguer de ce vieillot et ennuyeux moment.
En quoi le Momentum serait il si différent de notre familier moment ?
Pourquoi chercherait-il à le pousser hors de la langue ?
C'est à ce moment qu'il faut glisser que le monde a très récemment changé pour se séparer  en deux parties distinctes et qui s'éloignent de plus en plus l'une de l'autre  : l'ancien et le nouveau monde.

#L'ancien monde 'était celui où les hommes, les choses, l'époque se suffisaient à eux même et se  reproduisaient (semble t-il) inlassablement. Un moment signalait  alors simplement  le temps d'un mouvement et donc un très petit espace de temps : c'était court,  insignifiant  et léger un moment :"Les moments sont trop chers pour les perdre en parole "disait le vieux Racine.
L'ancien monde était ainsi peuplé d'une somme de petits moments, parfois, mais très rarement,  ébranlés par de plus grands moments aussi historiques que lointains.

#Dans le nouveau (et très sérieux) monde où tout est très différent , on trouve des Momentum, c'est à dire des THE MOMENT.
Le momentum est peut être un peu au moment ce que le people est à la  personne ordinaire. C'est peut être d'ailleurs là une piste très sérieuse de définition.
Mais le momentum est surtout un moment important, que l'on reconnait comme décisif parmi tous ces insignifiants petits moments.
Dans ce monde en perpétuelle accélération (cf Helmut Rosa) où chaque parcelle de temps cherche à occulter la précédente par son intensité (cf Tristan Garcia) supérieure et son caractère unique, chacun aspirerait ainsi à vivre SON MOMENT,
On passerait ainsi de la Recherche du temps perdu à la recherche d'un temps parfait, constitué de Momentum.

# Le momentum est peut être enfin une façon plus profond de réveiller un élément fondateur de notre culture occidentale ,un élément  également en plein retour après quelques siècles passés à l'ombre de la modernité : le geste prométhéen (cf François Julien) .
Face au tumulte  des très nombreuses mutations et des très grandes menaces qui l' environnent,  l'homme aurait, petit à petit, pris conscience de la montée de son impuissance face à la plupart des événements .
Pourtant parfois un geste est encore capable de  venir impulser, infléchir le cours des événements
Loin de consacrer le "lâcher prise", consacrer  le Momentum, reviendrait à célébrer ces trop rares occasions réussies par quelques uns de reprendre la main ; de triompher, à nouveau  des éléments pour tout simplement parvenir à s'adapter à une nouvelle réalité.


mardi 20 juin 2017

Commentaires 37 : Civilisation 2/2

Nouveau livre de Régis Debray , le philosophe, le médiologue (et non pas le politicien ou le romancier), celui qui depuis une trentaine d'années s'est attaché à redéfinir, revisiter nombres des concepts structurant qui fondent l'humanité : religion, frontière et bien sur aujourd'hui la civilisation .

Partie 2

4 Qu'est ce que la nouvelle civilisation ?
Chaque civilisation se débat avec l'espace, le temps, le désir, la mort et les signes
Elle inventé s a combinaison
Personne ne nait américain de pied en cap mais tout le monde peut le devenir
Un américain de souche a plus de prédispositions à l'américanité, mais on peut être né à Paris, Londres ou Madrid et conserver toutes ses chances.
L'américanité qui est une idéologie sans le dire  a pour vertu d'assumer la primauté de l'espace sur le temps, de l'image sur l'écrit, du bonheur de vivre sur le drame d enivre, du vu sur le lu, de l'amour des réponses à l'amour des questions.
Quand le temps manque, le ton monte et le niveau baisse.

# L"Amérique c'est d'abord l'espace :
Les américains n'aiment pas la terre, leur élément c'est l'espace.
Ce qui a fait gagner la Lune à l'Amérique, lui a fait perdre toutes ses guerres terrestres depuis 50 ans.

#L'image également :
Le siècle américain se résume en 100 photos , le siècle européen en 100 textes.
Le cinéma a créé les Etats Unis.
"Le cinéma américain, pléonasme "Serge Daney.
Le surdoué du visuel a donc joui de deux privilèges en exclusivité :
- raconter des histoires au monde entier sans besoin de traducteur et avec le plein d'émotions
- réécrire sa propre histoire en rejouant sur écran les matchs perdus sur le terrain (Vietnam et Rambo, Afghanistan..
"On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne, si l'on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration contre toute espèce de vie antérieure " Bernanos

#Le bonheur permanent enfin :
Depuis quand estime t-on naturel le sourire devant un objectif ? cheese
Depuis la fin de la 2nde guerre mondiale , à l'incitation de Time life.
L'ordre du sourire se prolonge aujourd'hui en smiley
La bonne humeur et l'optimisme sont les fondations du pays où tout est possible et tout est grand.
Le communiquant doit se montrer avenant , cordial, ce qui n'est pas le 1ier soucis du transmetteur ou de l'enseignant.

Ce qui intéresse le grec c'est l'être
Ce qui intéresse le romain  c'est le faire
"Tomorrow is another day"= la promesse performative de l'Amérique
L'américanisme est un prométhéisme  religieusement augmenté de la foi dans la Providence.

Qu'est ce qu'une vie réussie : 1/ être visible 2/être en mouvement 3/ être bien dans sa peau
= branding+running + fitness

5 La civilisation c'est la propagation, la décadence c'est la transmission

#La mort autrefois cardiaque est aujourd'hui encéphalique, elle a bougé.
La vraie question = savoir ce qui va survivre dans ce qui nous sustente et nous soutient

Le syllogisme, le théâtre antique et le triangle isocèle, nés sur les bords de l'attique ont survécu à la disparition de la Grèce
Rome s'éteint et renaît à Bizance , qui renaitra à Moscou
Tout empire périra et germera, l'américain comme jadis le romain : la californie assurera le relai entre l'axe atlantique et le bassin pacifique.
Ninive et Babylone ont disparu mais pas les cosmogonies mésopotamiennes qui sont dans la Bible.
"L'âge des civilisations se doit mesurer par les contradictions qu'elles accumulent , par le nombre des coutumes et des croyances incompatibles qui s'y rencontrent et s'y tempèrent l'une l'autre; par la pluralité des philosophies et des esthétiques qui coexistent et cohabitent si souvent dans la m^me tête."
#Le crépuscule d'une civilisation donne du talent : Rome n'a jamais été plus novatrice sous les Antonins.. L'âge d'or espagnol fut le dernier d'une construction impériale avant effondrement. ; le Xviii français qui clôt ancien régime fut un feu d'artifice.
Vienne entre 1870 et 1930 fut le dernier successeur de l'empire romain d'Occident. Ella jeté les bases de la plupart des inventions du siècle et a connu la moitié du panthéon de l'an 2000 : peinture, musique, sciences humaines, littérature, cinéma, tous les plus grands sont passés par Vienne .




mardi 13 juin 2017

Lexique 179 Le plus grand changement historique

"De mémoire d'historien, jamais peuple n''a éprouvé dans ses moeurs et dans ses plaisirs , de changement plus total que celui de 1780 à 1823."
Stendhal.

mardi 6 juin 2017

Commentaires 36 : Civilisation 1/2

Nouveau livre de Régis Debray , le philosophe, le médiologue (et non pas le politicien ou le romancier), celui qui depuis une trentaine d'années s'est attaché à redéfinir, revisiter nombres des concepts structurant qui fondent l'humanité : religion, frontière et bien sur aujourd'hui la civilisation .

Il fait cette analyse dans le contexte historique de ce début de XXième siècle, celui du déclin partout constaté non pas de l'occident mais de l'Europe au détriment de l'Asie et de l'Amérique.
Evidemment il prend le risque de recevoir  quelques couplets lui la constance de l'anti américanisme des intellectuels français en général et la sienne en particulier (faut il rappeler sa lointaine jeunesse guévariste).
Mais en bon médiologue il s'agit de dépasser le support pour apprécier l'analyse assez convaincante (malgré quelques propos parfois très trop lyriques ) sur les différences entre ce qui fait une civilisation et  ce qui fait culture.

Partie 1
1 Comment définir une civilisation ?
#Les civilisations prennent leur temps et suivent des itinéraires sinueux pour émerger comme tel
Ainsi la civilisation chrétienne traverse trois grandes étapes : 1/c'est d'abord un rituel judaïque de la proclamation pratiquée par Jésus dans une homélie le jour de sabbat à la synagogue 2/ puis un mouvement philosophique intégrant cette dissidence judaïque à l'hellénisme dans la langue et les catégories grecques .3/ en incorporant cette théologie au droit romain, elle prend la succession de la civilisation romaines

#distinguer culture et civilisation
"Pas de culture sans agriculture, pas de civilisation sans cité."
Une culture construit des lieux , une civilisation des routes;
Il n'y a pas de civilisation qui ne s'enracine dans une culture, mais celle ci ne  devient pas civilisation sans flotte et une ambition, un grand rêve et une force mobile.
Une civilisation pratique la guerre de choix, invasion ou colonisation.
Une forme de pensée plus une force de frappe.
"C'est une myopie d'économiste que de mesurer la vitalité d'une civilisation à l'aune de son industrie ou de sa monnaie : la richesse ne produit pas un effet mécanique de domination"
Une civilisation a gagné quand l'empire dont elle procède n'a plus besoin d'être impérialiste pour imprimer sa marque

2 Quand l'europe a t-elle cessé de faire civilisation ?
Valéry communique ses doutes dès 1919 dans la NRF  : "Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles."
C'est quand une société devient tolus imprimante, qu'imprimée, moins l'initiatrice que réceptrice, moins imitée qu'imitante et que la balance de ses échanges avec l'environnement de vient déficitaire.
Valéry, Picasso, Husserl n'iront jamais en Amérique, comptant ainsi parmi les derniers  représentants d'une Europe ou il est possible de se faire un nom à domicile.

3 Quand la France s'est elle  faite culture ?
Il arrive souvent qu'une vieille civilisation , prise dans le mainstream d'une offre nouvelle et mieux disante doive se réfugier sur son identité nationale.
Homo oeconomicus a destitué homo politicus qui au siècle des Lumières avait dépassé Homo religiosus.
Le royaume de la rhétorique a doucement rallié l'empire de la statistique . Au commencement était le verbe, au commencement sera le nombre.
Quelques points de repères :
1919 Traité de Versailles : pour la 1ière fois le français n'est pas utilisé
1920 Fondation à NY par Marcel Duchamp d'une SA pour exposer de l'art moderne
1925 La MGM rachète les parts du CCF dans Gaumont
1926 Charles Pathé abandonne à Kodak le monopole de fabrication du film vierge

mardi 30 mai 2017

Lexique 178 : le centre et la périphérie

"Si vous ne faites pas attention à la périphérie , celle ci change et devient le centre."
Dean Rusk

mardi 23 mai 2017

APM 18 : Personnalités ingérables

Gérer les ingérables - APM 17 mai 2017
Jean-Edouard Grésy - Cabinet Alternego  « Comprendre, Développer, Faciliter »


Introduction :

1er facteur de durabilité du couple ?
La manière dont on gère les conflits - Ceux qui gère le mieux les conflits - Gestion productive des conflits
Et cela marche aussi au sein des entreprises !

2 grandes cultures :
- Culture du conflit froid : Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime…
- Culture du conflit chaud : On gueule mais les choses sont dites, "Fuck You meeting ».
 Boss de L’Oréal :  Vous devez commencer par m’apporter la contradiction

La gestion du conflit est le 1er critère de bien être de qualité au travail :
- «  Disputation saine »
- «  Dispute Wise " : Se disputer sagement
Clause de fin de contrat pour définir les conditions de rupture
Considérer que le mécontentement d’un client est une opportunité de développement
C’est quand cela ne va pas qu’il faut être bon, c’est du bon sens mais pas très partagé

Développement du sujet :

Face au conflit - Cerveau reptilien qui agit, or il est improductif par rapport au conflit : Fuir, riposter, céder
On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre, car on l'évite jamais, on la retarde à son désavantage - Machiavel

Triangle dramatique : "Persecuteur - Sauveur - Victime"
Face à l’évitement, il y a tout intérêt à échanger son rôle de persécuteur pour celui de persécuté 
Pour sortir de ce triangle ?
Fuir vous mets en risque (économique, juridique), on ne laisse plus une situation pourrir

« Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images » - Jean Cocteau

Les neurones miroirs - Aucune créativité  voir le film « Les nouveaux barbares » qui illustre ce comportement

Le schéma  de montée extension du conflit :
1 - Problème
2 - Incompréhension
3 - Désaccord
4 - Conflit
5 - Agressivité
6 - Violence

Plus il y a de distance dans un conflit, plus il y a de possibilités de violence
Donc plus cela va être dur, plus il faut se rapprocher, car en trouvant l’humanité chez lui, je crée un lien, et j’évite de tomber dans cette désacralisation de l’homme qui entraîne la violence sans limite

Le conflit n’est pas un problème, il fait partie de la vie ! C’est une opportunité.

Mary Parker Follett - Sans frottements il n’y a pas de déplacements, ni de musique… pour expliquer la nécessité des conflits

« Vous ne rendrez pas un lion végétarien en lui donnant des steaks à manger «  Proverbe africain

Pas de négociations ou concessions sans contreparties !!! Car plus vous l’alimentez plus il en demande jusqu’à ce qu’il atteigne le point dur

Il y a un autre registre : Le don - qui est un principe d’inconditionnalité
L’amour, la confiance, le respect sont inconditionnels - On échange des compliments, des sentiments, 
Inconditionnalité conditionnelle : Endettement mutuel positif 
On s’inscrit tous dans une chaîne de don

Attention au don, le terme Gift à 2 sens (Cadeau et Poison)

Les bonnes pratiques de gestion de conflit :
La règle c’est "Ne jamais en faire une affaire personnelle" :
-Se rappeler son objectif
-Se rappeler son plan B
-Expirer
-S’offrir une pause
-Utiliser le pouvoir du silence
-Prendre des notes
-Relativiser
-Se préparer mentalement
-Dissocier son rôle, son statut de sa personne
-Nommer la tactique
-Nommer le ressenti qui gagne

Celui qui reste soit au lieu de s’emporter est toujours le plus fort - Proverbe Samouraï

Les militaires le savent - «  Le feu appelle le feu »

Les niveaux de gestion du conflit :
Pour sortir du conflit, intégrer la notion de niveau :
Niv 1 -     Le language de la réconciliation
Niv 2 -     Je suis désolé - Compasion (du latin Compare - alléger le fardeau).
Niv 3 -     Excuse (mais c’est déjà admettre une faute)
Niv 4 :     Je fais le job pour 2 - Je pose les questions QQCOQP (Qui, Quoi, Comment, Ou, Quand Pourquoi ?)
Niv 5 :     Le rapport de force - Plan B - Alternative en cas de blocage - Comment satisfaire mes intérêts sans l’autre - Il faut augmenter le coût du conflit pour remettre tout le monde autour de la table
Comment je l’utilise ? Question vérité ? Quelles sont les conséquences d’un échec ?  Coût d’un conflit par rapport à ce que l’on va gagner ensemble ?
Qu’est ce qui va se passer alors que vous avez refusé le dialogue alors que tout est encore possible ? 

Georges Foehtriesen : Etre otage est un choix ! 

Plus j’ai d’alternatives plus je suis fort en négociation  

Mais attention, il y a un vrai problème d’ordre dans les questions !!

1er -     Quoi  ?
2eme - Pourquoi ? pour trouver les besoins, les intérêts - Curiosité
3eme - Comment ? les options - Créatif 
4eme - Qui ? Quand ? Où ? - C’est la mise en oeuvre - Ténacité

La ténacité c’est le facteur de réussite le plus important !!!

Tant que cela bloque c’est qu’il y des intérêts qui ne sont pas satisfaits.

On a toujours le choix entre :
-Avoir raison, c’est à dire lui montrer qu’il a tort
ou
-Etre heureux : Atteindre son objectif - Main de fer dans un gant de velours

Etude de 75 ans sur le bonheur : Il en ressort que c’est la qualité de la relation avec les autres qui est l’élément essentiel.

2 Approches d’acheteurs :
-Distributive (Gagnants / Perdants)
-Intégrative (Créer de la valeur que l’on ne trouvera pas en ligne chez Amazone)

Proctolite : Merde fossilisée 

5 intérêts qui sont difficiles à dire, à exprimer :
-La reconnaissance
-Le besoin d’autonomie
-Statut
-Rôle, besoin de se sentir utile
-Besoin d’affection

En conclusion :

1 - On a toujours le choix et il faut se sentir libre

2 - Ne jamais en faire une affaire personnelle

3 - Démarche graduelle à respecter avec une hiérarchie des questions dans le règlement des conflits

4 - Se rapprocher en cas de conflit pour remettre de l’humain et éviter ainsi de tomber dans la violence


jeudi 18 mai 2017

Expression 38 En même temps !


Notre nouveau président a popularisé cette expression  durant toute sa campagne : peut être avait-il eu l'idée de se présenter aux plus hautes fonctions "en même temps " qu'il était encore ministre de l'économie.
Plus sérieusement cette phrase a été non seulement beaucoup reprise, par de très nombreuses personnes, et  aussi, comme c'est souvent le cas d'une expression à la mode,  utilisée dans des contextes très divers pour véhiculer des messages souvent, fort différents.
C'est peut être cette cristallisation de sens multiples au même moment, par un maximum de personnes qui fait l'ampleur du succès de ce type de phrase. A partir de cette hypothèse, tentons maintenant d'en décrypter quelques uns des sens principaux.

1- Le 1ier , peut-être le plus trivial renvoie à l'idée très simple de pouvoir faire plusieurs choses ... "en même temps." 
Idée simple car de plus en plus explorée et pratiquée par nos contemporains, toujours pressés et donc très souvent en recherche des modes d'action les plus performatifs dans leur quotidien.
Faire toujours plus de choses "en même temps,"est devenu de plus en plus  possible  avec le
 développement des potentialités de nos technologies embarquées. Ainsi nous pouvons désormais "en même temps"  nous déplacer et communiquer, faire du sport et travailler, voyager et rester en contact, conduire et écouter de la musique et bien d'autres choses encore...
Une multiplication d'actions donc, en s'affranchissant  toujours d'avantage des contraintes spatiales et dans un laps de temps, qui nous semble , lui, de plus en plus limité .
Nous sommes ainsi renvoyés à un premier  paradoxe  du "en même temps" ,où, plus la technologie nous offre de possibilités d'action sur notre environnement , plus le temps d'agir  nous semble manqué. Ce qui bien souvent, nous conduit à vouloir accélérer nos actions (voir ici) , à stresser des dérapages temporels possibles , voire, pour certain  à s' épuiser sous des formes de burn out.

2- Le deuxième sens se situe plutôt du côté de la complexité, cette façon nouvelle de regarder le monde et ses mutations, de tenter de le prendre en compte dans sa totalité, sans le réduire à quelque  croyance simplificatrice  et définitive . Un emprunt direct au concept d'Edgar Morin pour tenter de comprendre sans rechercher des raccourcis et des simplifications causales mais en soulignant plutôt le sens des interactions, les processus et rôles des acteurs en jeu dans les  phénomènes observés.
Il s'agit  pour nos contemporains d'un vrai défi à la pensée humaine que d'appréhender des phénomènes tels que  la mondialisation,  l'allongement de la vie, en passant par la numérisation ou le réchauffement climatique , rien que cela et tout cela  "en même temps".
Ici c'est la confrontation  entre penser  la complexité et la communiquer qui va faire paradoxe. En effet la question est de savoir comment rendre compte de cette complexité en utilisant des modes d'expression de plus en plus courts  : 140 caractères sur twitter, 25" en radio ou TV, 5 lignes dans la presse, pas toujours simple de penser et communiquer  la complexité.

3- Troisième et dernier sens est celui que l'on va retrouver par le langage, notamment  dans les discours politiques de ces dernières semaines. Il s'agit lors des réunions, meeting ou conférences de presse de s'adresser à des personnes très différentes, aux intérêts également différents ,voire divergents.
La plupart  d'entre elles tiennent d'ailleurs à être reconnues pour leur individualité . Il n'est donc pas toujours  très simple de les fédérer autour d'un même message rassembleur.
Il s'agit néanmoins  de trouver les mots justes pour parler  "en même temps" aux jeunes  aux adultes ou aux retraités, aux citadins, rurbains  ou aux habitants des campagnes..  Le  "en même temps" vient désigner ici une tentative de rassembler par la parole, en taillant des phrases comme des  oxymores où chacun pourra y trouver son compte sans se confronter , ni se cacher des autres.
C'est bien là , la moindre des choses en politique , que de vouloir rassembler par le discours .

Pour conclure, on ne pourra plus s'étonner qu'une telle expression qui  permette  "en même temps" à celui qui l'utilise , de mieux comprendre le monde qui l'entoure, d'y agir plus efficacement et de prendre la parole efficacement pour rassembler ses contemporains, connaisse un tel succès .
Un peu la phrase magique d'un super héros volant à cape bleue ou la martingale  d'un jeune candidat à la présidentielle.