mardi 25 juin 2019

Citation 74 : Le Dalaï Lama

"Si vous pensez que vous êtes trompetait our changer quelque chose, essayez donc de dormir dans la même pièce qu'un moustique."
Le Dalaï Lama.

mardi 18 juin 2019

Citation 73 : Franz Kafka

"Il est difficile de dire la vérité, car il n'y en a qu'une , mais elle est vivante, et a par conséquent un visage changeant."
Franz Kafka  in Lettres à Milena.

mardi 11 juin 2019

Lexique 211 : le gouvernement

"A quoi bon changer de gouvernement, si  nous ne changeons pas nous même ?"
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

mardi 4 juin 2019

Lexique 210 : La mort

"Il était toujours heureux quand un changement survenait dans sa vie. Il y avait eu le camp, la relégation, la liberté, et voilà, maintenant c'était ça ...La mort encore un autre changement ..."
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

lundi 3 juin 2019

Dans la Publicité 13

Ne change pas ton rêve, change le monde !


mercredi 29 mai 2019

Lexique 209 : la peur

"Les changements ça leur faisaient peur, parce qu'après tous les changements, les gens simples finissent toujours par se faire avoir."
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

jeudi 16 mai 2019

Lexique 207 : Les romans russes


"Il y trop de choses qui ont changé dans notre vie et les livres n'en parlent pas. Les romans russes ne nous apprennent pas comment réussir dans la vie . Comment devenir riche ..."
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

mardi 14 mai 2019

Citation 72 : Svetlana Alexievitch

"Brusquement tout  a changé autour de nous : les enseignes, les objets, l'argent, le drapeau ... et l'homme lui même."
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

jeudi 9 mai 2019

Lexique 206 : La langue


"Dans la rue, au travail, en voyage - partout on entend autre chose, ce ne sont pas seulement les mots qui changent , c'est aussi quelque chose d'autre. Même le matin et le soir un homme ne parle pas la même langue ."
Svetlana Alexievitch in La fin de l'homme rouge, Actes Sud  2016.

jeudi 2 mai 2019

Lexique 205 : Le vent

"Lorsque souffle le vent du changement, certain construisent des maisons, d'autres des moulins"
Proverbe chinois

mardi 30 avril 2019

Lexique 204 : socialiste

"Ce n'est pas moi qui ai changé, j'ai gardé les convictions socialistes de ma jeunesse. C'est le monde qui a changé."

  1. Raymond Aron

lundi 29 avril 2019

Dans la publicité 12


mardi 23 avril 2019

Lexique 203 : Le monde

"... je compris que le monde ne faisait pas partie des choses que je pouvais changer, d'autres  étaient plus ambitieux, plus motivés, plus intelligents sans doute."
Michel Houellebecq in Sérotonine, Flammarion 2019.

jeudi 18 avril 2019

Commentaire 53 : Où atterrir ?(2/2)

#Distinguer le concept de nature-univers de celui de nature - processus : Un fait majeur va se passer au XVIIième , lorsque les savants vont considérer désormais la nature comme un facteur de production , une ressource justement extérieure , indifférente à nos actions et saisie de loin comme par des étrangers.
C'est ce qu'il appelle le recouvrement de la nature - processus par la nature -univers, qui du même coup la prive de mots de concepts, de directions.
Le rapport aux sciences ne peut changer que si l'on distingue soigneusement dans les sciences dites naturelles, celles qui portent sur la nature univers et celles qui portent sur le nature processus.
Pour les 1ieres la terre est un corps comme les autres, pour les deuxièmes, la Terre apparait tout à fait comme singulière.
Si la composition de l'air dépend des vivants, alors l'air n'est plus l'environnement dans lesquels les vivants évoluent mais le résultat de leur action, ce qui change tout.

#Rediriger l'attention de la "nature" vers le Terrestre pourrait mettre fin à la déconnexion qui a figé les positions politiques depuis l'apparition de la menace climatique.
Nous passons d'une analyse en termes de système de production à une analyse en termes de système d'engendrement.
Définition de l'anthropocène : le système terre réagit dorénavant à votre action d'une façon telle que vous n'avez plus de cadre stable et indifférent dans lequel loger vos désirs de modernisation.
Ce que le Nouveau Régime Climatique remet en cause, ce n'est pas la place centrale de l'humain, c'est sa composition, sa présence, sa figuration et pour tout dire sa destinée.

#Dire : "Nous sommes des Terrestres au milieu des terrestres" n'introduit pas du tout la même politique  que dire: " Nous sommes des humains dans la nature."
Les terrestres ont, en effet le très délicat problème de découvrir de combien d'autres êtres ils ont besoin pour subsister.C'est en dressant cette liste qu'ils dessinent leur terrain de vie.

#Dans un système d'engendrement, ce sont tous les agissants, tous les animés , qui se posent la question d'avoir des descendants et de se reconnaitre des ascendants, bref de reconnaitre et de s'insérer  dans des lignées qui parviendraient à durer.
La perversité du front de modernisation, c'est qu'en ringardisant la notion de tradition comme quelque chose d'archaïque, il a rendu impossible toute forme de transmission, d'héritage, de reprise et donc de transformation , bref d'engendrement.
Pris dans un système de production, les humains sont seuls à pouvoir se révolter.En basculant dans un système d'engendrement on va pouvoir multiplier les sources de révolte contre l'injustice et, par conséquent, accroitre considérablement la gamme des alliés potentiels dans les luttes à mener pour le Terrestre.

Pour synthétiser et en dramatisant, il s'agit d'un conflit entre les humains modernes qui se croient seuls dans l'holocène en fuite vers le Global ou en exode vers le Local  ; et les terrestres qui se savent dans l'Anthropocène et qui cherchent à cohabiter avec d'autres terrestres sous l'autorité d'une puissance sans institution politique encore assurée .

L e problème est que le Terrestre est à la fois connu de tous et, en même temps, le Nouveau régime Climatique n'a pas encore d'institution partagée, on est dans un entre deux.
Si la politique s'est vidée de sa substance , c'est qu'elle combine la plainte inarticulée des laissés-pour-compte  avec une représentation au sommet tellement agrégée que les deux semblent en effet  sans commune mesure. C'est ce qu'on appelle le déficit des représentations.

#Il faut accepter de définir des terrains de vie comme ce dont un terrestre dépend pour sa survie et en redemandant quels sont les autres terrestres qui se trouvent sous sa dépendance.
Dans le système de production la liste est facile à établir : des humains et des ressources
Dans le système d'engendrement, la liste est beaucoup plus difficile à enregistrer puisque les agents, les animés , les agissants qui la composent ont chacun leur propre parcours et intérêt.
A quoi tenez vous le plus ?
Avec qui pouvez vous vivre ?
Qui dépend de vous pour sa substance ?
Contre qui allez vous lutter ?
Voilà les très difficiles questions auxquelles on se retrouve confronté.
La mondialisation nous a fait perdre de vue , le tenants et les aboutissants de nos assujettissements.

Exister comme peuple et pouvoir décrire ses terrains de vie , c'est une seule et même chose, c'est justement de cela que la mondialisation nous a privés.
Ce qui est frappent dans la situation actuelle c'est de voir à quel point les peuples qui manquent d'une telle représentation d'eux mêmes, se sentent égarés et perdus.

mardi 16 avril 2019

Lexique 202 : Reproduction


"Ses parents avaient accueilli la nouvelle avec résignation, le monde avait changé, ils en étaient conscients, pas forcément en bien pensaient -ils  au fond d'eux-mêmes mais enfin il avait changée la nouvelle génération devait en passer par de" bizarres détours afin d'accomplir sa fonction reproductrice."
Michel Houellebecq in Sérotonine, Flammarion 2019.

mardi 9 avril 2019

Lexique 201 : Le mouvement du monde


"... les choses avaient toujours basculé au dernier moment vers le triomphe du libre-échangisme, vers la course à la productivité, alors j'ouvris une nouvelle bouteille de vin, la nuit était maintenant installée sur le paysage, Nacht ohne Ende, qui étais je pour croire que je pouvais changer quelque chose au mouvement du monde ?"
Michel Houellebecq in Sérotonine, Flammarion 2019.

mardi 2 avril 2019

Citation 71 : Michel Houellebecq

"L'enterrement avait été ce qu'on pouvait imaginer; le suicidé ne laissait aucune famille , il n'avait jamais trouvé à se marier, son père était mort et sa mère à peu près gâteuse, elle n'avait fait que sangloter en répétant que les temps avaient changé."
Michel Houellebecq in Sérotonine, Flammarion 2019.

Commentaire 52 : Où atterrir ?(1/2)

J'ai envie de commencer par dire que c'est un livre que l'on attendait depuis un moment. Tout est dans son sous titre : comment s'orienter en politique.
C'est à cette insurmontable question à laquelle s'attaque Bruno Latour , non pas en politologue (ce qui l'aide) mais en sociologue et en philosophe, ce qui l'invite à un certaine prudence ou humilité et à  rechercher avant tout d'une méthodologie (plutôt qu'à tout expliquer), d'un processus pouvant aider chacun à répondre à cette question.
Son projet est de nous dresser la carte et la boussole du paysage politique : la carte des forces en présence; la boussole saisissant une nouvelle dynamique des enjeux et des affrontements.
#Un constat de départ : dans les années 90, après la chute du communisme va démarrer "subrepticement "une autre histoire , marquée par la dérégulation, l'explosion de plus en plus vertigineuse des inégalités et surtout une entreprise , de plus en plus importante de négation de la question climatique.
Tout se passe comme si une partie des classes dirigeantes étaient arrivées à la conclusion qu'il n'y avait plus de place pour tout le monde sur terre pour elles et le le reste des habitants/
=> comme si elles ne dirigeaient plus le monde mais s'étaient mises à l'abri du monde.
Son hypothèse est que l'on ne peut rien comprendre aux 50 dernières années, si l'on ne met pas de côté lamentée en puissance de la question du climat et surtout de sa dénégation.
Nous sommes entrés dans un Nouveau Régime Climatique.
Pour résister à cette perte d'orientation commune , il faut savoir comment s'orienter.

#Le retrait de l'accord de Paris sur le climat de Donald Trump a apporté un formidable retentissement à celui ci et déclenché une guerre des positions: le président américain apporte par son déni de la cause climat, l'abandon de toute capacité à se mobiliser pour une cause commune et une répartition d cela terre en plusieurs parties.
Le vote sur le Brexit marque la décision de la majeure partie des britanniques de ne plus jouer le jeu de la mondialisation.
La reprise et l'amplification des migrations...
tous ces phénomènes marquent l'existence d'un problème majeur, que nous pouvons soit choisir de continuer à dénier, soit choisir de chercher à atterrir et de le traiter politiquement.

Migrations, explosion des inégalités, migrations et Nouveau régime climatique, il s'agit de la même menace. Le droit le plus élémentaire est de se sentir protégé, surtout au moment où les anciennes protections sont en train de disparaitre.

#Depuis 50 ans, ce que l'on appelle globalisation ou mondialisation, désigne en fait deux phénomènes opposés, que l'on a systématiquement confondus : passer d'un pont de vue local à un point de vue mondial veut dire que l'on multiplie les points de vue; hors c'est tout l'inverse, on impose une vision unique tout à fait provincial.
Cette mondialisation moins (opposée à une mondialisation plus, ouverte et enrichissante) va entrainer l'invention du réactionnaire au point où au cri de guerre "modernisez vous" , beaucoup entendent : toute résistance à la mondialisation sera frappé d'illégitimité.
Refuser la mondialisation c'est peut être un réflexe de puerez d'ambition mais c'est aussi résister et refuser de troquer sa province pour une autre NY, Paris ou Pékin.

De toute façon un événement majeur est venu contester le grand projet de modernisation : La terre n'est pas capable d'accueillir son idéal de progrès, d'émancipation et de développement.

#Cette question des limites est connue les années 80, mais n'a pas été reçue par les élites qui en ont tirées deux conséquences : 1/ il va falloir payer cher le retournement, mais les pots cassés ce sont eux qui les paieront, pas nous.2/nous allons nier le plus longtemps possible cette vérité du Nouveau Régime Climatique.
Les  élites ont été si bien convaincues ,qu'elles ont décidé de liquider au plus vite "tous les fardeaux de la solidarité".
Ils ont également compris qu'il ne fallait plus faire semblant ,même en rêve, de partager la terre avec le reste du monde.
Ce que je considère comme très important : une sorte de blocage de l'émergence de tout nouveau récit porteur de nouvelle utopie en la matière. Il est vrai que le cinéma est plus porté par des récits de gestion de crise ,que de de renouveau utopique.Une sorte de moment noétique.
D'où des réactions dès les années 90 ou élites d'un côté et laissés-pour-compte de l'autre se sont respectivement repliés dans des gated-communities.

#Les élites obscurcissantes ayant pris les menaces au sérieux , ayant compris que leur domination était menacée, auraient décidé de démanteler l'idéologie d'une planète commune à tous.
Elles sont passées au déni, ce qui parait invraisemblable, limite théorie du complot, mais le climato négationisme est justement devenu central à cette politique.

#Nous étions partagés jusque là entre deux injonctions contradictoires : en avant vers l'idéal de progrès; en arrière vers le retour aux certitudes anciennes et ce tiraillement nous allait assez bien finalement : le monde avait un sens.
Les deux at tracteurs s'étant tellement éloignés, on n'a même plus le loisir comme avant d'hésiter entre les deux.A la place des tensions, nous avons maintenant le gouffre.
Il n'y plus d'horizon partagé.
Tout se passe comme si un 3ième attracteur était venu détourner, détourner tous les sujets de conflit, rendant toute orientation impossible sur l'ancien axe.

#Tout se passe comme si Trump était l'inventeur d'un 4ième attracteur : le hors sol.
L'horizon de celui qui n'appartient plus aux réalités d'une terre qui réagirait à ses actions.
Pour la 1ière fois le climato-négationisme définit l'orientation publique d'un pays.
L'état est honni, l'individu est roi, ce qui compte c'est de gagner du temps en relâchant toutes les contraintes avant que le peuple ne s'en aperçoive.
L'originalité de Trump, un savant mélange de fuit en avant pour les riches, vers le profit maximum en abandonnant le reste du monde à son sort; la fuite en arrière de tout un peuple vers le retour aux catégories nationales ou ethniques.
Tout cela ne tient qu'en restant indifférent au Nouveau Régime Climatique; ce qui compte, c'est de ne plus avoir à partager avec les autres le monde, de se mettre off shore
Cela définit le 1ier gouvernement totalement orienté sur les questions écologiques, mais à l'envers, par rejet!
Cette politique est l'importation d'un mécanisme bien connu dans la gestion frauduleuse des entreprises : la cavalerie, portée par un homme qui est allé de faillite en faillite et est devenu célèbre par la télé réalité.

#Comment définir ce troisième attracteur ?
Le terrestre, comme nouvel acteur politique.
Toute la désorientation actuelle provient du surgissement d'un acteur qui réagit désormais aux actions des hommes et interdit aux modernisateurs de savoir où ils se trouvent, dans quelle époque et surtout quel rôle ,ils doivent désormais jouer.
Tant que la terre restait stable, on pouvait parler d'espace et se situer à l'intérieur de cet espace et sur une portion de territoire que nous prétendions occuper.
Mais comment faire si le territoire se met à participer à l'histoire ?
Résumons :
A1 : marcher vers le global c'était marcher vers le nouveau monde, pousser devant soi une frontière sans limite.
A2 : ou au contraire dans l'autre sens, le local , c'était l'espoir de retrouver la sécurité d'une frontière stable et d'une identité assurée.
A3 : le terrestre est un nouveau monde, mais pas celui des modernes, un monde peuplé des homes et de la terre où les humains ne sont plus les seuls acteurs, tout en se voyant confier un rôle trop important pour eux : jamais les humains n'ont eu une telle responsabilité.
On ne mesure pas le vide politique, si on n'évalue pas la situation sans précédent.



mardi 26 mars 2019

Lexique 200 : Le nom

"Changer de nom n'est pas difficile, enfin je veux dire d'un point de vue administratif, presque rien n'est impossible d'un point de vue administratif, l'administration a pour objectif de réduire vos possibilités de vie au maximum quand elle ne parvient pas tout simplement à les détruire, du point de vue de l'administration , un bon administré est un administré mort, je parle plus simplement du point d vue de l'usage : il suffit de se présenter sous un prénom nouveau et au bout de quelques mois, tout le monde s'y fait, ils ne vient même plus à l'esprit des gens que vous avez pu vous prénommer différemment."
Michel Houellebecq in Sérotonine, Flammarion 2019.

mardi 19 mars 2019

Lexique 199 : La guerre

"La guerre l'avait changé.Il n'était plus l'homme passionné de littérature, ni d'idéalisme fébrile, convaincue et visionnaire."
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

mardi 12 mars 2019

Citation 70 Victor de Arbol

Depuis lors beaucoup de choses avaient changé, mais le figuier était toujours à la même place."
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

samedi 9 mars 2019

Commentaire 51 : La faiblesse du vrai

"Penser ce qui nous arrive " écrivait Hanna Arendt,  c'est exactement ce que propose Myriam Revault d'Allonnes avec cette réflexion philosophique sur la remise en question du concept de vérité à l'heure de Trump,  des fake news et de la post vérité.

# Tout d'abord un rapide historique de ce concept en trois étapes :
- celle des philosophes classiques depuis Platon, pour lesquels est vrai ,ce qui est conforme au réel
- celle des philosophes du soupçon (Nietzsche, Freud, Marx) , pour les quels les faits sont très relatifs à leurs interprétations
- celle de la post vérité : les faits ont moins d'importance que que leur appréhension subjective.

#Tout commence par un "débat" entre Platon et Aristote sur la dé"finition de la vérité en politique.
Pour Platon, Socrate, philosophe épris de vérité,  est une victime  de la cité démocratique (ce qui établit pour longtemps un antagonisme en quête de vérité et  pratique du pouvoir par un démos réputé irresponsable et incontrôlable)
La voie aristotélicienne considère que s'il existe une vérité en politique ,elle passe par une réévaluation de la doxa qui s'élabore dans le débat public.
L'émergence de la post vérité n'est pas sans rapport avec la montée des populismes, qui jouent du ressentiment contre les élites.
La question centrale du livre est de savoir à quoi la post vérité porte-t-elle atteinte ?

#Hanna Arendt s'est évertuée a montrer les paradoxes qui traversent les relations entre politique, opinion et vérités de fait.
Pourtant une erreur serait de considérer que que la fabrication des "faits alternatifs" relève des mêmes mécanismes que l'idéologie totalitaire.
Dans les régimes totalitaires, une idéologie "fantasmatiquement fictive" suscite un monde à la fois mensonger et cohérent que l'expérience est impuissante à contrarier.
Dans les sociétés démocratiques, la post vérité (prolifération des fake news, existence de faits alternatifs) procède d'une autre logique : les vérités dérangeantes ou mal venues se voient transformées en opinions que l'on peut soutenir comme si elles n'étaient pas directement ancrées dans des faits incontestables.
Processus facilité par une propension relativisme du "tout se vaut", qui permet de se débarrasser de l'évidence factuelle pour aboutir à une sorte de diversité indifférenciée où l'énoncé des opinions n'a plus besoin d'être étayé ni légitimé par des faits.
La post vérité met ainsi à bas la validation de l'opinion par le fait et aboutit ainsi à l'effacement du partage entre le vrai et faux.
Il n'est plus nécessaire que les faits informent les opinions et il est même possible de proposer alors, comme dans deux très fameux récents épisodes de l'actualité (Cérémonie d'investiture de Trump et la météo, Brexit et ses conséquences ) des faits alternatifs.

# Si ce monde de la post vérité a de fortes raisonnantes avec 1984 de Georges Orwell, c'est parce qu'il figure dans ce livre un monde où l'idée même de vérité aurait disparue et où la seule liberté dont dispose celui qui veut résister est de pouvoir consigner dans son journal que deux et deux font quatre.
La société dystopique de 1984 est une société où a disparu toute référence à la vérité du sens commun qui rend possible à la fois le partage du jugement et celui des expériences sensibles.
Elle est peuplée d'individus pour qui la distinction entre fait et fiction, entre vrai ou faux n'existe plus.
Le pouvoir heuristique de la fiction a sombré en même temps que la force du vrai .


mardi 5 mars 2019

Lexique 198 La mort

"Quand un homme meurt, justement ou pas, il ne se passe rien de particulier la vie continue.Le paysage ne change pas, il n'y a plus d place dans le monde, il n'y a plus de place dans le monde, sauf peut être un peu plus de douleur chez ceux qui ont vécu cette mort de près ."
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

mardi 26 février 2019

Citation 69 Victor del Arbol

"Ensuite tout avait changé et les prédictions de son père c'étaient révélées douloureusement exactes"
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

mardi 19 février 2019

Citation 68 : Victor del Arbol


"Ce n'était pas San Lorenzo qui avait changé, c'était elle ."
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

mardi 12 février 2019

Cinéma 12 Arizona Raiders

Arizona raiders de william Whitney,1965

lundi 11 février 2019

Joyeux anniversaire : 10 ans déjà !

le blog "Penser le changement " est né en février 2009, il y a 10 ans, d'une série de post sur la crise financière de 2008 et ses conséquences.
10 ans durant lesquels la réflexion sur le changement s'est trop souvent confondue avec une pensée sur la crise
10 ans d'une  réflexion soutenue sur les origines, les processus et les conséquences dans notre société des mutations en cours.
10 ans plus tard le changement nous parait plus familier dans ces processus, presque galvaudé et souvent rejeté; comme une étape - tunnel dont on attendrait avec impatience la sortie, de revoir enfin la lumière.
La seul permanence est elle vraiment le changement ? Trop vite ? Trop fort ?
Rendez vous dans 10 ans ,avec en clin d'oeil ,celui de Francis Blanche qui inaugurait alors notre lexique d'une boutade prémonitoire.

Lexique 1 : La boutade

“Mieux vaut penser le changement que changer le pansement . »
Francis Blanche.

samedi 9 février 2019

L'impensé n'est pas forcément impensable : la crise des gilets jaunes

Un excellent article de Jean Claude Guillebaud dans La Vie, sur ce phénomène impensé, au sens où il a surpris tout  le monde, mais pas impensable au sens où il reste à penser par les intellectuels pour en extraire tout son sens et significations.

mardi 5 février 2019

Citation 72 : Marc Zuckerberg

"Au contraire, même si tout changement sociétal rapide crée de l'incertitude, je pense que ce que nous voyons, c'est que les gens ont plus de pouvoir, et à long terme, redessinent la société pour qu'elle soit plus ouverte et plus responsable avec le temps»

Citation 67 : Victor del Arbol

"Greta avait raison. Avec ce procès leur vie avait changé. Elles étaient devenues des avocates prestigieuses et elles avaient leur propre cabinet sur le passe de Gracia."
Victor del Arbol in La tristesse du samouraï , Babel 2013

lundi 4 février 2019

Dans la pub 11 : changeons d'air


mercredi 30 janvier 2019

Lexique 197 : L'argent

"J'ai été le 1ier à comprendre que l'argentée devait plus être traité comme une valeur bourgeoise, quelque chose qu'on accumulait à droite et que l'on détestait à gauche, mais que c'était simplement un feu de brousse , quelque chose de volatil, qui avait le pouvoir de changer l société et mieux que n'importe quelle révolution."
Aurélien Bellanger in Le Grand Paris, Gllimard 2017.

mercredi 23 janvier 2019

Lexique 196 : le retrait du monde

"Norpois et Mme Valparisis continuent à jouer pour eux m^mes tous les jours, la même comédie.Mais ils sont leur seul public.Autour d'eux, tout a changé, le monde s'est retiré.Ils sont vieux"
Bernard de Fallois in Introduction à La Recherche du Temps Perdu, Bernard de Fallois, 2018.

mercredi 16 janvier 2019

Lexique 195 : La guerre


"Ce ne sont plus les insensibles changements du temps qui frapperont alors le narrateur, c'est le bouleversement radical, le "rien ne sera plus comme avant", que la guerre a entraîné dans la société, le passage d'un siècle à un autre.
Bernard de Fallois in Introduction à La Recherche du Temps Perdu, Bernard de Fallois, 2018.

mercredi 9 janvier 2019

Citation 66 : Paul Greveillac


"Plus tard on dirait pourtant de cette semaine qu'elle avait "changé le monde". Les deux hommes allumèrent une cigarette.Ils se mirent en route."
Paul Greveillac in Maîtres et esclaves, Gallimard, 2018.

mercredi 2 janvier 2019

Citation 65 : Bernard de Fallois


"Que veut dire Proust? Qu'on ne peut peindre les caractères comme si ils existaient une fois pour toutes, sous peine de manquer ce qui justement les caractérise, le changement."
Bernard de Fallois in Introduction à La Recherche du Temps Perdu, Bernard de Fallois, 2018.