mardi 23 mai 2017

APM 18 : Personnalités ingérables

Gérer les ingérables - APM 17 mai 2017
Jean-Edouard Grésy - Cabinet Alternego  « Comprendre, Développer, Faciliter »


Introduction :

1er facteur de durabilité du couple ?
La manière dont on gère les conflits - Ceux qui gère le mieux les conflits - Gestion productive des conflits
Et cela marche aussi au sein des entreprises !

2 grandes cultures :
- Culture du conflit froid : Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime…
- Culture du conflit chaud : On gueule mais les choses sont dites, "Fuck You meeting ».
 Boss de L’Oréal :  Vous devez commencer par m’apporter la contradiction

La gestion du conflit est le 1er critère de bien être de qualité au travail :
- «  Disputation saine »
- «  Dispute Wise " : Se disputer sagement
Clause de fin de contrat pour définir les conditions de rupture
Considérer que le mécontentement d’un client est une opportunité de développement
C’est quand cela ne va pas qu’il faut être bon, c’est du bon sens mais pas très partagé

Développement du sujet :

Face au conflit - Cerveau reptilien qui agit, or il est improductif par rapport au conflit : Fuir, riposter, céder
On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre, car on l'évite jamais, on la retarde à son désavantage - Machiavel

Triangle dramatique : "Persecuteur - Sauveur - Victime"
Face à l’évitement, il y a tout intérêt à échanger son rôle de persécuteur pour celui de persécuté 
Pour sortir de ce triangle ?
Fuir vous mets en risque (économique, juridique), on ne laisse plus une situation pourrir

« Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images » - Jean Cocteau

Les neurones miroirs - Aucune créativité  voir le film « Les nouveaux barbares » qui illustre ce comportement

Le schéma  de montée extension du conflit :
1 - Problème
2 - Incompréhension
3 - Désaccord
4 - Conflit
5 - Agressivité
6 - Violence

Plus il y a de distance dans un conflit, plus il y a de possibilités de violence
Donc plus cela va être dur, plus il faut se rapprocher, car en trouvant l’humanité chez lui, je crée un lien, et j’évite de tomber dans cette désacralisation de l’homme qui entraîne la violence sans limite

Le conflit n’est pas un problème, il fait partie de la vie ! C’est une opportunité.

Mary Parker Follett - Sans frottements il n’y a pas de déplacements, ni de musique… pour expliquer la nécessité des conflits

« Vous ne rendrez pas un lion végétarien en lui donnant des steaks à manger «  Proverbe africain

Pas de négociations ou concessions sans contreparties !!! Car plus vous l’alimentez plus il en demande jusqu’à ce qu’il atteigne le point dur

Il y a un autre registre : Le don - qui est un principe d’inconditionnalité
L’amour, la confiance, le respect sont inconditionnels - On échange des compliments, des sentiments, 
Inconditionnalité conditionnelle : Endettement mutuel positif 
On s’inscrit tous dans une chaîne de don

Attention au don, le terme Gift à 2 sens (Cadeau et Poison)

Les bonnes pratiques de gestion de conflit :
La règle c’est "Ne jamais en faire une affaire personnelle" :
-Se rappeler son objectif
-Se rappeler son plan B
-Expirer
-S’offrir une pause
-Utiliser le pouvoir du silence
-Prendre des notes
-Relativiser
-Se préparer mentalement
-Dissocier son rôle, son statut de sa personne
-Nommer la tactique
-Nommer le ressenti qui gagne

Celui qui reste soit au lieu de s’emporter est toujours le plus fort - Proverbe Samouraï

Les militaires le savent - «  Le feu appelle le feu »

Les niveaux de gestion du conflit :
Pour sortir du conflit, intégrer la notion de niveau :
Niv 1 -     Le language de la réconciliation
Niv 2 -     Je suis désolé - Compasion (du latin Compare - alléger le fardeau).
Niv 3 -     Excuse (mais c’est déjà admettre une faute)
Niv 4 :     Je fais le job pour 2 - Je pose les questions QQCOQP (Qui, Quoi, Comment, Ou, Quand Pourquoi ?)
Niv 5 :     Le rapport de force - Plan B - Alternative en cas de blocage - Comment satisfaire mes intérêts sans l’autre - Il faut augmenter le coût du conflit pour remettre tout le monde autour de la table
Comment je l’utilise ? Question vérité ? Quelles sont les conséquences d’un échec ?  Coût d’un conflit par rapport à ce que l’on va gagner ensemble ?
Qu’est ce qui va se passer alors que vous avez refusé le dialogue alors que tout est encore possible ? 

Georges Foehtriesen : Etre otage est un choix ! 

Plus j’ai d’alternatives plus je suis fort en négociation  

Mais attention, il y a un vrai problème d’ordre dans les questions !!

1er -     Quoi  ?
2eme - Pourquoi ? pour trouver les besoins, les intérêts - Curiosité
3eme - Comment ? les options - Créatif 
4eme - Qui ? Quand ? Où ? - C’est la mise en oeuvre - Ténacité

La ténacité c’est le facteur de réussite le plus important !!!

Tant que cela bloque c’est qu’il y des intérêts qui ne sont pas satisfaits.

On a toujours le choix entre :
-Avoir raison, c’est à dire lui montrer qu’il a tort
ou
-Etre heureux : Atteindre son objectif - Main de fer dans un gant de velours

Etude de 75 ans sur le bonheur : Il en ressort que c’est la qualité de la relation avec les autres qui est l’élément essentiel.

2 Approches d’acheteurs :
-Distributive (Gagnants / Perdants)
-Intégrative (Créer de la valeur que l’on ne trouvera pas en ligne chez Amazone)

Proctolite : Merde fossilisée 

5 intérêts qui sont difficiles à dire, à exprimer :
-La reconnaissance
-Le besoin d’autonomie
-Statut
-Rôle, besoin de se sentir utile
-Besoin d’affection

En conclusion :

1 - On a toujours le choix et il faut se sentir libre

2 - Ne jamais en faire une affaire personnelle

3 - Démarche graduelle à respecter avec une hiérarchie des questions dans le règlement des conflits

4 - Se rapprocher en cas de conflit pour remettre de l’humain et éviter ainsi de tomber dans la violence


jeudi 18 mai 2017

Expression 38 En même temps !


Notre nouveau président a popularisé cette expression  durant toute sa campagne : peut être avait-il eu l'idée de se présenter aux plus hautes fonctions "en même temps " qu'il était encore ministre de l'économie.
Plus sérieusement cette phrase a été non seulement beaucoup reprise, par de très nombreuses personnes, et  aussi, comme c'est souvent le cas d'une expression à la mode,  utilisée dans des contextes très divers pour véhiculer des messages souvent, fort différents.
C'est peut être cette cristallisation de sens multiples au même moment, par un maximum de personnes qui fait l'ampleur du succès de ce type de phrase. A partir de cette hypothèse, tentons maintenant d'en décrypter quelques uns des sens principaux.

1- Le 1ier , peut-être le plus trivial renvoie à l'idée très simple de pouvoir faire plusieurs choses ... "en même temps." 
Idée simple car de plus en plus explorée et pratiquée par nos contemporains, toujours pressés et donc très souvent en recherche des modes d'action les plus performatifs dans leur quotidien.
Faire toujours plus de choses "en même temps,"est devenu de plus en plus  possible  avec le
 développement des potentialités de nos technologies embarquées. Ainsi nous pouvons désormais "en même temps"  nous déplacer et communiquer, faire du sport et travailler, voyager et rester en contact, conduire et écouter de la musique et bien d'autres choses encore...
Une multiplication d'actions donc, en s'affranchissant  toujours d'avantage des contraintes spatiales et dans un laps de temps, qui nous semble , lui, de plus en plus limité .
Nous sommes ainsi renvoyés à un premier  paradoxe  du "en même temps" ,où, plus la technologie nous offre de possibilités d'action sur notre environnement , plus le temps d'agir  nous semble manqué. Ce qui bien souvent, nous conduit à vouloir accélérer nos actions (voir ici) , à stresser des dérapages temporels possibles , voire, pour certain  à s' épuiser sous des formes de burn out.

2- Le deuxième sens se situe plutôt du côté de la complexité, cette façon nouvelle de regarder le monde et ses mutations, de tenter de le prendre en compte dans sa totalité, sans le réduire à quelque  croyance simplificatrice  et définitive . Un emprunt direct au concept d'Edgar Morin pour tenter de comprendre sans rechercher des raccourcis et des simplifications causales mais en soulignant plutôt le sens des interactions, les processus et rôles des acteurs en jeu dans les  phénomènes observés.
Il s'agit  pour nos contemporains d'un vrai défi à la pensée humaine que d'appréhender des phénomènes tels que  la mondialisation,  l'allongement de la vie, en passant par la numérisation ou le réchauffement climatique , rien que cela et tout cela  "en même temps".
Ici c'est la confrontation  entre penser  la complexité et la communiquer qui va faire paradoxe. En effet la question est de savoir comment rendre compte de cette complexité en utilisant des modes d'expression de plus en plus courts  : 140 caractères sur twitter, 25" en radio ou TV, 5 lignes dans la presse, pas toujours simple de penser et communiquer  la complexité.

3- Troisième et dernier sens est celui que l'on va retrouver par le langage, notamment  dans les discours politiques de ces dernières semaines. Il s'agit lors des réunions, meeting ou conférences de presse de s'adresser à des personnes très différentes, aux intérêts également différents ,voire divergents.
La plupart  d'entre elles tiennent d'ailleurs à être reconnues pour leur individualité . Il n'est donc pas toujours  très simple de les fédérer autour d'un même message rassembleur.
Il s'agit néanmoins  de trouver les mots justes pour parler  "en même temps" aux jeunes  aux adultes ou aux retraités, aux citadins, rurbains  ou aux habitants des campagnes..  Le  "en même temps" vient désigner ici une tentative de rassembler par la parole, en taillant des phrases comme des  oxymores où chacun pourra y trouver son compte sans se confronter , ni se cacher des autres.
C'est bien là , la moindre des choses en politique , que de vouloir rassembler par le discours .

Pour conclure, on ne pourra plus s'étonner qu'une telle expression qui  permette  "en même temps" à celui qui l'utilise , de mieux comprendre le monde qui l'entoure, d'y agir plus efficacement et de prendre la parole efficacement pour rassembler ses contemporains, connaisse un tel succès .
Un peu la phrase magique d'un super héros volant à cape bleue ou la martingale  d'un jeune candidat à la présidentielle.

mercredi 10 mai 2017

Lexique 177 : ses opinions

"Il est des temps où il faut changer de parti, si l'on veut garder ses opinions "
Cardinal de Retz.

mardi 2 mai 2017

Citation 45 : Paul Vacca


"Tu peux rire tant que tu veux, ça ne changera rien. La pauvreté existe."
in Au jour le jour, Paul Vacca, Belfond 2017.

mercredi 26 avril 2017

Lexique 176 La loi


"Toujours inconstant, ce peuple changeait de lois comme de modes. "
 Bernard Mandeville

mardi 18 avril 2017

Lexique 175 : L'absurde

"Seul l'homme absurde ne change pas ".
Georges Clémenceau.

La course au large comme modèle de l'innovation frugale

Atelier Transit city 24 mars 2017

Introduction Francois Bellanger
Pourquoi la voile ? 
Le bateau qui vole est un symbole de redécouverte de la voile de ces dernières années 
Le foil devient la norme , sur mer mais aussi ailleurs , il est partout copié : comme un projet projet de taxi avec foil sur la Seine.
Les voileux innovent énormément ses dernières années , qu'ont ils à nous raconter ?

Deux invités :
Yann Dollo,DGA de cdk technologies , constructeur.
Thibault Vauchel ,marin

1 Qui sommes nous ?
Cdk, PME créée il y a 30 ans par le frère Desjoyaux . Aujourd’hui 70 salariés qui se définissent comme  artisans de l'extrême.
Des fabricants, une des 2 sociétés françaises les plus expertes, une des 4 européennes pour les bateaux de course au large
Palmarès 4 Vendée gagnes dont le 1ier et le dernier
Un constructeur avant tout , pas de chaînes ,ni de robot, installé à Lorient.

2 le processus d'innovation dans la course au large :

Avant : le full Gate process ,un process très structuré jalonné des points de validation go/kill 
Un process adapté à l'industrie,très axé sur le risque ou à chaque gate, les chefs arbitrent en technique, finance, commerce sur le fait de continuer ou d’arrêter.
Ce type de process peut tuer n'importe quel projet car il y a toujours une bonne raison de de ne pas faire , de mieux utiliser l'euro investi.
De même il est ès couteux car il peut très bien se dérouler sur sa propre logique sans appréhender une impossibilité majeure que révèle le terrain et les hommes de terrain.

D’où la création d'une autre voie, une autre façon de penser l'innovation en testant très vite même dans des milieux à haut risque
"La culture du risque tue la capacité à innover ; vive l'innovation frugale "

3 l'écosystème innovant de la course au large : la sailing valley
L'écosystème s'est créé à partir de la volonté politique de recycler la base sous marine de Lorient et de fonds de l'Europe 
Entre Quimper et Lorient se sont développées 110 entreprises, plus de 115 m€ , 1500 personnes.
Donc de très  petites structures très agiles.
Aucune n'a la capacité de réaliser un bateau tout seul : tout le monde travaille ensemble et profite des innovations des autres 
À l'origine des créations, il y  souvent un marin qui veut aller plus vite que les autres avec sa propre structure.

Comparaison f1 couse au large 
F1 : un constructeur de série, créée sa structure de course qui réalise un proto et prend un pilote
Couse au large : un marin commande son proto et les innovations finissent en série 
Pas de grand constructeur dans la course au large
Il y a peu d'argent :
Budget d'un top TEAM en Vendée : 3m€
En f1 :450m€

4 Comment fabrique t-on  ?
Le client  a un architecte qui fait des plans, un bureau d'études 
En permanence des proto uniques sont testés sur l'eau par le marin
Beaucoup de pièces à base de carbone
Ils fabriquent la matière et la pièce en même temps 
Du fait de la rigueur des contrats : la traçabilités matière est de 100%
La durée moyenne de construction est de 1,5 an

5 La foil révolution : une innovation disruptive qui va au delà de la course au large

1941 : 1iers Cata foil 12 nds 
1955 : Monitor 30 nds 
1976 : 1ier hydroptère de Thibault et Tabarly
2009 : Hydroptère 51 nds 
2012 : TEAM new zealand, nouvelle dimension 

Évolution principale du foil :  planche droite au départ,  au foil courbe sur lequel s'appuie le bateau 


Traditionnellement en voile, plus le bateau était long, plus on mettait de toile, plus on allait vite
Avec les foils, l'équation bouge ,avec les voiles rigides , ils peuvent être moins longs et raccourcissent 


Peut être à terme verra t-on  de nouveaux engins : une aile de Kyte, une cellule habitable et un foil

mardi 11 avril 2017

Citation 44 Catherine Gucher

"Si un type comme Joe, qui n'avait pas changé pendant toutes ses années, pouvait se transformer autant, alors on ne pouvait plus jurer de rien."
in Transcolorado, Catherine Gucher, Gaia 2016.

mardi 4 avril 2017

APM 17 : L'entreprise libérée

Le concept d'entreprise libérée est né dans les années 2000 pour décrire « une forme organisationnelle dans laquelle les salariés sont totalement libres et responsables dans les actions qu'ils jugent bon — eux et non leur patron — d'entreprendre » (Isaac Getz)
Il s'est inscrit dans un courant 'analyse critique de l'entreprise, de la prise de conscience de la nécessité d'un changement des pratiques organisationnelles et surtout  de la constatation du coût direct mais aussi indirect du contrôle,qui entraîne, notamment la démotivation du personnel. Entre concepts théoriques et intentions communicantes,  les vraies expériences sur le sujet sont encore assez rares.

Stanislas Desjonquères, CEO du  groupe pharmaceutique Biose , qu'il a repris familialement 
il y a10 ans est venu nous exposer son expérience de conduite d'un projet "d'entreprise libérée" démarré il y a5 ans.
Biose est une groupe pharma, de 60 personnes en pleine croissance avec plusieurs sites et métiers de production et de recherche
Tout d'abord il insiste sur le fait que ce n'est pas un process mais une démarche qui passe par l'instauration de la confiance et qu'il souhaite simplement nous présenter un retour d'expérience et en aucun cas le généraliser.

1 Définir le concept d'entreprise libérée :

Pour lui le  point de départ vient du dirigeant et uniquement du dirigeant car l'expérience qu'il juge positive aujourd'hui a demandé beaucoup d'efforts ,s'est construite sur des succès et des échecs également.

#Son point de départ  a été de vouloir mettre en accord ses principes de foi (amour du prochain) avec son comportement ; s'aligner entre foi personnelle, entrepreneur et management de l'entreprise ; permettre  à la fois de faire grandir les hommes et développer l'entreprise
La grande question : l'idée que l'on se fait de la liberté dans l'entreprise; beaucoup de fantasmes associés à cette réponse .

#Fantasmes négatifs , l'entreprise libérée ce n'est pas :
Anarchie absence de règles car elle disparaitra
Liberté je fais ce que je veux car elle ne fonctionnera plus
Révolution des productifs sur les improductifs car il faut trouver un équilibre 
L'égalitarisme salariale car pas d'autogestion et un actionnaire
La transparence sur tout 
Le consensus permanent, car il peut mener au plus petit dénominateur, à la facilité
Le mythe du dirigeant absent,laisser faire et tout se fera tout seul
La manipulation, faire travailler les personnes à leur insu
Un plan de maîtrise des coûts par l'écrasement de la pyramide
Un nouveau modèle en remplacement de celui de la hiérarchie (chacun doit construire son travail)

#Definir le bonheur 
C'est peut être une définition du bonheur au travail à condition de définir le bonheur et le travail
Aujourd'hui conditions du bonheur sont représentées par les stars, mannequins,sportifs  : gloire ,richesse , plaisir
Le problème c'est que ce n'est qu'une forme envieuse du bonheur  
Une autre définition subjective du bonheur : la recherche de ce qui nous manque 1 malade, la santé , 1 autodidacte, les études, ..

On peut trouver dans la philosophie une définition plus universelle en deux dimensions :
- poser des actes transitifs, réaliser quelque chose
- poser des actes immanents: se réaliser en tant que personne

#Definir le travail : 
Par 4 moments de l'acte du travail :
1/ Choix de l'œuvre -> exercer un choix 
2/ Choix des moyens ->réaliser l'œuvre 
3/Mise en œuvre des moyens (avec adaptation aux conditions du réel, de la mise en œuvre ,de l'objectif)
4/Contemplation du résultat >dimension spirituelle 

Le travail serait ainsi  une succession d'actes transitifs et immanents.
C'est en travaillant sur chacune des ces étapes , en permettant au collaborateur de vivre pleinement cette expérience complète du travail, qu'on va pouvoir "libérer l'entreprise".

Réaliser quelque chose      > se réaliser en tant que personne 
Compétences                     > Qualités 
Être auteur                          > Faire grandir 

# Les conditions d'exercice de l'autorité 
L'autorité est à la croisée des deux
Laisser le pouvoir de faire => respecter l'intégrité de l'acte de travail => Autonomie 

Dans la famille , quand on tond sa pelouse, fait la cuisine ,du bricolage, on est le plus souvent organisé en taches verticales et autonome a l'intérieur des tâches
Dans l'entreprise le pb c'est souvent l'inverse : on est en taches horizontales avec une faible autonomie

Les conditions d'exercice de l'autonomie : la responsabilité et la liberté par rapport à un bien commun 

Le travail source de bonheur  =>autorité => autonomie =>liberté et responsabilité 

#L'entreprise libérée est une affirmation de l'autorité 
Il doit en résulter une meilleure performance d'entreprise 
C'est la personne qui est première, la performance économique est seconde, comme une conséquence vertueuse 

2 La mise en œuvre du projet:

Ce n'est pas un process mais une démarche qui passe  par l'instauration de la confiance 

#3 principes pour construire une culture de confiance :

->L' éradication des signes extérieurs :
- d'iniquité : matériels (places de parking, ordi, tel,bureaux) , informations différenciées , barèmes de notes de frais (bière et 2ième classe)
- de défiance : triple contrôle des notes de frais, sonnerie, pointeuse, demandes d'autorisation pour des sujets anodins 

->En tant que dirigeant, toujours dire qu'on s'est trompé quand c'est le cas
->S'intéresser concrètement aux personnes : leurs demander concrètement ce qui ne va pas 

# Ils ont réalisé une enquête dans 4 domaines d'investigation spontanée :
Conditions de travail  ,l'Organisation du travail , le Social, la Stratégie.
Ils pensaient n'avoir que quelque réponses et ont obtenu une soixantaine de doléances
Cela génère des espérances 
Pour traiter les irritants ils ont confié la mission à l'équipe, et leur ont  posé la question : de combien vous avez besoin ?
Spontanément des leaders apparaissent et achètent ou font par eux même en gérant leur budget.


#La hiérarchie organise des relations de pouvoir 
   L'entreprise libérée organise des relations d'autorité  avec 4 formes d'autorité :
Compétence Coopération MissionRègle 
Ça produit des meilleurs décisions car ceux qui font décident 

La posture managériale : le manager est un animateur 
Manager : prévoir, organiser, coordonner, commander, contrôler

Paradigme traditionnel : directif sur les personnes
En entreprise libérée : directif sur le cadre qui permet aux personnes de d'auto diriger 

# Le coeur de l'expérience : 
1/établir une carte des missions et des compétences 
D'abord donner du sens 
Réponse en terme de tâches habituellement 
Il faure repartir des missions 
Par exemple la compta : faire les comptes et fournir des données analytiques.
De cette carte découle un travail de tri des tâches pertinentes, importantes ou non en fonction de la mission défine

2/la  mise en œuvre

3/ retour sur expérience 
Ils ont fait une erreur en supprimant la ligne de managers 
Ça a entraîné des pbs :
- vision partielle : ce qui est pertinent à mon niveau ne l'est pas toujours à une autre échelle 
- autoritarisme : c'est moi qui fait c'est moi qui sait -> refus de toute forme d'ordre du travail 

Répartition fragmentaire des tâches en fonction d'intérêts personnels (commerce en Chine)
Des tâches sont délaissées (les poubelles)
Des tâches sont attribuées dans un rapport de force avec un rapport hiérarchique facile 

Par manque de temps et de compétence toutes les règles ne sont pas définies 


Désengagement en se réfugiant derrière les règles et les process 
Risque accru de travail invisible => les 5c. Cconmaisccommeca 

L'animateur passe au crible toutes les tâches par rapport au sens de la mission et les reconstruit avec l'équipe 

Comment choisir l'animateur : 
Préférable d'être choisi par le groupe 
Légitimité par le dirigeant 
Bases du choix : 
Selon qualites des personnes
Révélées par les actes posées 

Qualités requises:
Sait animé une réunion 
Faire des synthèses
Empathie 
Culture opérationnelle dès compétences concernées


Si la carte des missions et des compétences n'est pas parfaite ça ne peut pas se faire

Laisser au maximum les personnes regèles les pbs à leur niveau


3/ Piloter et déployer la Strategie 
Ne pas chercher l'alignement stratégique : top Down de la raison d'être ,vision, Strategie, opérations 
Recherche de l'alignement uniquement 

Mais l'agilité stratégique : vison - Strategie - opérations

La formalisation de la vision reste indispensable 
C'est un acte d'entrepreneur
Elle peut être amendee par le retour de la Strategie 

La Strategie elle, le développement des projets part dû terrain car ils sont au contact du reel
Le rôle du codir devient d'arbitrer les demandes de moyens du terrain (radar)
Les stratèges qui ne le sont pas à temps complet, sont des catalyseurs 
Le codir est en posture de recueillir des projets stratégiques, pays de les émettre 
Le catalyseur est au cœur du système : il à l'humilité de parler au terrain, de synthétiser un projet et de porter un projet 
Ces profils sont rares et mêmes associés au capital 

Le référentiel d'orientation est l'élément d'arbitrage   qui ne bouge pas et est  piloté par le dirigeant 
Les Principes fondateurs du référentiel : Humilité Simplicité Altérité Faire des choix stratégique 
Les projets sont passés au crible de cette grille 

Tout le monde participe à l'œuvre et fait grandir les autres 

Organomie: organisation pour l'autonomie 






jeudi 30 mars 2017

Citation 43 Catherine Gucher

"Je voulais bien accepter un peu de changement mais je ne voyais pas pourquoi je devrais être en fille"
  in Transcolorado, Catherine Gucher, Gaia 2016.

mercredi 29 mars 2017

Dans la pub 9


jeudi 23 mars 2017

Citation 42 Catherine Gucher

"La seule chose qui pourrait change la vie dans ce pays , c'est la pluie"
in Transcolorado, Catherine Gucher, Gaia 2016.

mardi 21 mars 2017

Pourquoi la fusion Stade - Français Racing n'a t-elle(finalement) pas eu lieu ?

Confusion, indécision, résistance, frustration, faux départ, les pires scénarios d'une mauvaise transformation se sont déroulés sous nos yeux la semaine passée. Je vous propose de relire les événements du point de vue d'un consultant, qui, loin de tout connaître de cette affaire mais familier des fusions et réorganisation, vous invite à une libre interprétation sous l'angle de la conduite du changement, surtout de ses symptômes et de ses plus mauvaises pratiques. Une séquence assez exceptionnelle, par la succession d’erreurs enchainées, une forme d’hommage indirect également à un métier d’accompagnant du changement.
Lundi matin j'animais un séminaire avec les dirigeants de deux entreprises qui viennent de fusionner, quand j'ai reçu le sms de mon ami François : t'as vu la news ??? Fusion Stade -Racing !!! Les ??? et les !!! m'indiquaient simplement l'ampleur de son incrédulité, sa sidération, la mienne également à l’instar de la plupart des acteurs : joueurs,salariés et supporters (plutôt d'un seul club d'ailleurs, c’était curieux ) ;quelques heures plus tard, lors d'une réunion à Jean Bouin, ils allaient tous passer de la stupeur à la colère, une colère toute maîtrisée comme la prise de parole de @Pascal Papé (le capitaine emblématique du club) . Le processus de deuil était déjà en route, mais allait se fixer pour un bon moment en mode colère.
#confusion : entre discours forcé et embrassades crispées, la conférence de presse des mariés du lundi et surtout leur annonce de fusion, avait provoqué la colère de tous les membres du Stade Français, une relative indifférence de celle du Racing, les réactions atterrées des journalistes et commentateurs, la plus grande confusion régnait ; rien n'était claire sauf peut-être une chose : l'absence de vision partagée du projet. Une vision ambitieuse et équilibrée pour chacun des deux clubs, dans laquelle chacun puisse se projeter et avoir quelque chose à y gagner. A ce stade seuls acheteur et vendeur semblaient heureux et soulagés d'avoir fait un bon deal.
#indécision : dans une fusion le rôle (du ou des pilote) est principalement d’organiser et coordonner les actions, entraîner les équipes, donner du sens et de la cohérence aux différents messages. C’est ce qu'ont essayé de faire durant plusieurs jours les 2 principaux protagonistes. Sans grand succès car très vite sont apparues les premières carences en termes de stratégie. On avait un peu l’impression jusqu’au week-end dernier qu’ils réagissaient ou subissaient plus qu’ils ne conduisaient les événements. Il faut dire qu’entre temps la quasi-totalité des acteurs de l’écosystème, instances fédérales, politiques, médias, anciens joueurs ou dirigeants et bien sûr salariés du club, avaient tous fait entendre leur point de vue dissonant et une très grande inquiétude quant à la disparition programmée du Stade Français.
#résistance : elle s’exprime à l’occasion de ce type d’événement mal préparé et exprime souvent l’absence d'engagement et de mobilisation des acteurs en faveur du projet ; du côté du Racing cela semblait encore très abstrait, leur position ne semblait pas menacée dans l'immédiat et l'immédiat c’était le match de samedi à Montpellier. Malgré tout les dissensions au sein du groupe entre concernés et moins concernés allaient être suffisantes pour pénaliser la préparation de ce match et demander son report. Pour les joueurs du Stade Français la réaction était bien plus forte, plus simple également : jouer au jeu de rugby alors que l'on va disparaitre n'avait plus de sens et la grève était annoncée, la résistance pouvait s'organiser fortement. (98% de grévistes avait annoncé le capitaine).
#frustration : le fort sentiment de colère se doublait pour chacun desacteurs, d'une énorme frustration à ne pas pouvoir agir sur les événements, n'ayant jamais été invité par les dirigeants - pilotes projet à y participer (pour les joueurs, ils avaient appelé cela : « gérer les rh « en conférence de presse !). C'est portant là une des clés de succès de habituelles la conduite du changement, bien connue de tous les managers : travailler avec l'ensemble des acteurs à définir les plans d’action, les tactiques avant de les mettre en œuvre. C'est également, je crois une clé de succès des sports collectifs. Ecartés de cette phase de préparation, et donc de toute considération comme partie prenante de l’opération, l’ensemble des acteurs ne pouvait plus demandé que le retrait du projet. Ce qui fut confirmé lors de la réunion-manifestation à la Ligue vendredi et confirmé par les deux dirigeants ce week-end.
#faux départ : en conclusion tout semble indiquait dès le départ …un faux départ, une espèce de contre-exemple des bonnes pratiques. Un peu comme si, mais non ce n'est pas possible, pas dans le monde du rugby avec ses valeurs, un peu comme s’il s'était agi d'une simple fusion- absorption - disparition du Stade Français par le Racing. Malheureusement ce retrait ne règle pas tout voire amplifie toute une liste de problèmes internes jusque-là peu visibles et qui se sont révélés au grand jour : sportif (le Stade Français n’est pas en très bonne posture après une mauvaise saison) , actionnariat (un actionnaire principal en partance) , modèle économique (pas de modèle équilibré entre recettes et dépenses), gouvernance (quel patron ? quelle stratégie)…
Un faux départ donc pour ce projet mais de vraies difficultés, que les nombreux soutiens spontanés des derniers jours, la cohésion renforcée des joueurs et le bon sens retrouvé des dirigeants parviendront peut-être à surmonter .
#stadefrançais

jeudi 16 mars 2017

Expression 38 : Alignement des planètes

 Cela n'était pas arrivé depuis depuis onze ans et  m'a échappé plutôt échappé lorsque cela c'est produit : en février  2016 toutes les planètes visibles à l'œil nu ce sont alignées et sont devenues observables .
 "Ce bel alignement a été rendu possible par l'arrivée de Mercure dans le ciel, peu de temps avant le lever du Soleil. Les cinq corps, Mercure, Vénus, Saturne, Mars et Jupiter paraissent alors alignés, sur un grand arc d'un peu plus de 100°, ce qui oblige à tourner la tête pour toutes les apercevoir (inutile donc de vous munir de jumelles ou d'un télescope...)." nous racontait alors le Figaro.
Je ne connaissais alors ni le phénomène , ni l'expression, même si je me rappelais l'alignement des deux soleils de Tatouine , la planète originelle de la famille Skywalker, repère des pires brigands dans Starwars.

L'expression a quitté ensuite l'espace pour s'imposer dans la sphère économique pour marquer une conjoncture aussi favorable qu'exceptionnelle comme par exemple , en 2016 , la conjonction de taux de crédit et de cours du pétrole très bas.
Les planètes resteront elles alignées très longtemps ? 

jeudi 9 mars 2017

lexique 174 : Le secret


"The secret of change is to focus all your energy, not on fighting the old, but on building the new."

jeudi 2 mars 2017

Citation 41 Hervé le Corre

"Il ne savait pas que penser d'un changement aussi rapide, il n'avait d'ailleurs pas vraiment envi d'y réfléchir.Ce dont il avait envi c'était dormir ."
in Prendre les loups pour des chiens, Rivages, janvier 2017