mercredi 5 décembre 2018

Lexique 195 : Révolution

"Décidément je déteste, la révolution, ce n'est qu'un changement de propriétaire"
Sylvain Tesson

Commentaire 48 : 21 Leçons pour le XXIème siècle 2/4

La fusion de l'info tech et de la biotech menace les valeurs modernes et bouleverse le champ politique.

La Politique :

#Communauté : en 2016 le séisme politique américain a ébranlé toute la Californie, au point où Marc Zuckerberg a publié un manifeste annonçant : "nous allons nous mettre à déployer des outils qui construisent des communautés."L'objectif avait tant d'importance pour lui , qu'il a juré de changer toute la mission de Facebook en ce sens.
Il parait convaincu que l'IA de Fbk peut non seulement identifier des communautés qui aient du sens "mais aussi "renforcer notre tissu social et rapprocher tout le monde"
Les communautés physiques ont une profondeur que les communautés virtuelles ne sauraient égaler, du moins dans un proche avenir.

#Civilisation : il n'y a qu'une seule civilisation au monde même si des thèses comme l'affrontement des civilisations prévalent. Pour ses défenseurs jamais les pays musulmans n'adopteront les valeurs occidentales jamais les pays occidentaux ne parviendront à assimiler les minorités musulmanes.
Cette thèse est trompeuse car le fondamentalisme islamique  incarne bel et bien un défi radical mais la civilisation qu'il défie est une civilisation mondiale plutôt qu'occidentale.
L'analogie entre histoire et biologie qui sous tend la thèse du choc des civilisations est fausse : les groupes humains sont foncièrement différents des espèces animales en ce sens que s'ils peuvent avoir des systèmes sociaux distincts, ceux ci ne sont déterminés génétiquement comme pour le chimpanzé ou le gorille ,qui sur des centaines de génération conservent des comportements différents et stables .(les chimpanzés vivent en groupe mixte mâle , femelle; les gorilles vivent sous l'autorité d'un mâle dominant qui instaure un harem)
Ce qui fait un système social , c'est ce que les individus en font, avec même la possibilité pour un individu de tisser des changements forts.

Une autre différence forte avec les animaux : si les espèces se scindent souvent jamais elles ne fusionnent .il y a 7 millions d'années chimpanzé et gorilles avaient les m^mes ancêtres : dès lors qu'ils se sont séparés, ils ne se sont plus jamais rapprochés.
Les tribus humaines ont tendance à se fondre au fil du temps dans des ensembles plus grands.
Cette unification est un processus qui suit deux grandes formes :la création de liens entre groupes distincts et l'homogénéisation d'un groupe à l'autre.
La mondialisation a ainsi atteint un 1ier sommet en 1913 puis amorcé un long déclin à l'époque des guerres mondiales et de la guerre froide.
Ainsi il y a 1000 ans , la planète connaissait des douzaines de modèles politiques différents
Aujourd'hui un m^me paradigme politique est pus ou moins partout reconnu et accepté.
200 états partagent les m^mes protocoles diplomatiques et lois internationales communes.
Tous les états qui réussissent se ressemblent mais chaque été failli, échoue à sa façon.
Les hommes ont également expérimenté bon nombre de modèles économiques et là encore ..
Nous sommes donc à une époque où politique, économie, santé reposent à des variations près sur les mêmes schémas.


#Nationalisme : puisque l'humanité forme une même civilisation avec les m^mes défis et les m^mes opportunités, pourquoi de plus en plus de pays (russie, usa, europe de l'est, inde, japon, chine, angleterre...) se réfugient-ils dans le nationalisme ?
Depuis la nuit des temps, le nationalisme n'est-il pas le plus sur chemin qui mène à la guerre ?
Comme le proposait déjà Johnson lors de la présidentielle de 1964, au pire moment de lima guerre froide : "Voici le enjeux.Construire un monde où tous les enfants de Dieu puissent vivre, ou sombrer dans les ténèbres.Nous devons nous aimer les uns les autres ou mourir".

Le défi nucléaire : malgré les discours alarmistes ,les guerres font aux-jourd'hui moins de morts que l'obésité et à part la Syrie et l'Ukraine peu de frontières ont bougé depuis 1945. Il été extrêmement difficile de construire un régime internationaliste capable de stopper la guerre nucléaire et de préserver la paix dans le monde; il s'agit de le conserver en l'adaptant aux nouvelles puissances : Chine, Inde...


Le défi écologique : la nouvelle menace d'effondrement vient de l'écologie.
L'agriculture industrielle intensive repose sur la fertilisation artificielle des terres avec quantité de phosphore qui empoisonne ensuite rivières , lacs, et océans.
La plus grande menace est climatique : à la différence de ma menace nucléaire, c'est un danger présent. Nous approchons d'un certain nombre de points de basculement au delà desquels nous ne maitrisons plus rien.Par exemple le réchauffement fait fondre la calotte glaciaire, la planète réfléchit moins la lumière du soleil vers le cosmos et la planète absorbe de plus en plus de chaleur et la fonte des glaces est toujours plus rapide.
Il est décisif d'agir donc maintenant , mis en 2018 les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter.
Le défi technologique :  en l'espace d'un siècle ou deux , la combinaison de la biotechnologie et de l'IA pourrait se traduire par des traits corporels, physiques et mentaux en rupture totale avec ceux des hominidés

Vaisseau spatial terre : avec l'approfondissement de la crise écologique , le développement des technologies à haut risques et à gains élevés va s'accélérer (jouant le rôle des 2 guerres mondiales au XXième siècle. Les nations confrontées à un cataclysme climatique pourraient être tentées par des paris technologiques désespérés. Ce qui mécaniquement pourrait entrainé le risque de guerres apocalyptiques  en accroissant les tensions mais aussi déstabilisant le rapport de force nucléaire.
Certains pourraient conclure, renversant ainsi la logique de dissuasion nucléaire,  que la destruction de l'ennemi serait plus profitable.
Les états nations ne sont donc plus le cadre adéquat pour relever ces défis de l'époque .Nous avons besoin d'une nouvelle identité globale.

dimanche 2 décembre 2018

Lexique 191 : Avis

"Il n'y a pas de mal à changer d'avis à la condition que ce soit dans le bon sens"
Winston Churchill.

mardi 20 novembre 2018

Citation 64 : Yuval Noah Harari

"Le changement climatique peut bien sortir des préoccupations des gens pris par des urgences vitales, mais il pourrait finir par rendre inhabitables les bidonvilles de Bombay, , envoyer d'énormes vagues de réfugiés à travers la Méditerranée et déboucher sur une crise mondiale du système de santé ."
Yuval Noah Harari in 21 leçons pour le XXIème siècle, Albin Michel, 2018.

lundi 19 novembre 2018

Lexique 190 : esprit

"Faute de comprendre la complexité de nos esprits, les changements que nous accomplirons pourraient bien perturber notre système mental au point qu'il risque lui aussi de se disloquer ."
Yuval Noah Harari.

jeudi 15 novembre 2018

APM 20 : Quoi de neuf sur le stress du dirigeant ?

Nouvelle rencontre à l'APM , club St James, le 14112018 avec Patrick Légeron, psychiatre, fondateur du cabinet Stimulus (rendu célèbre pour ses interventions sur les suicides de France Telecom) et auteur du "Stress au travail, un enjeu de santé".
L'occasion de faire le point sur le stress, ce phénomène omniprésent dans notre quotidien mouvant.
Le stress au travail et notamment avec le thème du jour, le stress du dirigeant .
Le même mot désigne dans toutes les langues ,un même phénomène : stress
Le stress est aujourd'hui reconnu comme un des maux du siècle de nos sociétés , les 3 s : stress, surpoids, sédentarité.
La France est particulièrement mal  classée sur les problématiques de prévention des risques liés au stress au travail.
Mettre en place une politique de protection efficace constitue un triple enjeu pour le dirigeant :
- enjeu de santé pour lui même (c'est une personne à risque )
- augmenter son efficacité
- protéger ses salariés.

#La réaction au stress est au coeur du processus : 
On confond très souvent les sources du stress avec sa réaction au stress.
D'où l'expression : mon stress a souvent un nom et un prénom.
Les sources de stress ne provoquent pas les m^mes réactions ni les m^mes effets chez les individus : ni en nature, ni en intensité.

#La gestion du stress est aux peu comme le surf : il ne s'agit pas tant d'agir sur les vague que d'apprendre à naviguer avec.

#Le concept de stress vient du biologiste Hans Selye (1336) : en étudiant des souris de laboratoire, il s'aperçoit qu'elles n'ont pas les mêmes comportements que les autres : elles sont stressées.

#Les trois stades de réaction au stress :
- phase d'alarme : urgence
- phase de résistance : endurance; n'est pas une phase d'habituation mais d'endurance qui peut durer
- phase d'épuisement : burn out 

#Le stress :une réaction du corps 
Dès que le cerveau reçoit un signe de stress , il le communique au corps et induit des effets physiologiques.

#Le stress :une réaction émotionnelle

Le cerveau reptilien : la machinerie
Le cerveau limbique  : les émotions
Le néocortex : le langage

#Le stress : une réaction comportementale
"You can fight or you can flight": depuis le temps des cavernes les hommes ont du s'adapter à un danger par deux comportements possibles : combattre ou fuir.
Les sources de stress ont beaucoup évolué : des menaces physiques, on es passé aux menaces psychiques.
Aujourd'hui les réactions par le combat sont de plus en plus "politiquement incorrectes"

#Le stress : allié ou ennemi de la performance
Le bénéfice d'une politique de gestion du stress est de parvenir à évoluer dans la zone de stress optimale.

#Le stress : allié ou ennemi de la santé
Pas assez ou trop de stress sont néfaste .
La grande question : comment trouver un bon niveau d'équilibre.
Les deux bonnes questions d'un diagnostic d'une situation :
1 Quels sont les facteurs de risque ?
2 Quels sont les facteurs de protection ?

Pour un dirigeant , par exemple les facteurs de risque sont lés à son isolement, sa charge de travail ,ses responsabilités; les facteurs de protection à sa reconnaissance sociale, son autonomie, sa liberté...

#3 dimensions en interaction dans le phénomène de stress : physiologique, psychologique et comportemental.

#La dimension psychologique du stress : le cerveau a plutôt tendance à interpréter la situation , à identifier l'agent stresseur qu'à rechercher la source de l'émotion.

#Les trois acteurs du stress 

1 Repartir d'une situation précise
2 Bien identifier l'état émotionnel dans lequel cette situation nous a mise
3 Repérer nos croyances, principes liés à cet état (générateur)

#Les attitudes mentales font la différence :

Se poser les bonnes questions :est-ce vrai ? est-ce grave ? est-ce que cela me fait du bien ? est-ce que cela m'aide à gérer la situation ?
les pensées positives : aident à l'adaptation et à la performance
les pensées négatives : nuisent à l'adaptation et à la performance

#Les attitudes mentales stressantes  : la performance et le perfectionnisme , l'autonomie et la méfiance, l'amour et l'approbation, le négativisme, la marche du monde

#Lutter contre les attitudes mentales stressantes  :prendre conscience des pensées stressantes, évaluer leur impact sur son bien être , son efficacité, trouver d'autres pensées plus adaptées, implanter ces nouvelles pensées, adopter des comportements en relation avec ses pensées.

#La dimension physique du stress : 
l'état de stress se caractérise par une activation de notre physiologie
l'activation de notre état physiologique  accompagne l'activation de nos émotions
l'état de relaxation est à l'opposé physiologique de l'état de stress

#La gestion du stress en trois modes :
- la relaxation récupération  : déclenchement régulier en situation calme (attente = détente)
- les mini exercices de relaxation  : intégration au quotidien
- la relaxation en situation de stress : marche assez mal

#La gestion du stress entre corps et esprit  :
- préserver des plages de continuité d'activité (sans interruption)
- préserver des plages d'unité (une chose à la fois)
-lors des temps d'attente mettre son cerveau en pause
-apprendre et pratiquer relaxation, méditation

#Les 4 attitudes face aux émotions:  
L'apathique gère la situation pas l'émotion
L'antipathique s'oppose  à l'émotion
Le sympathique vit l"émotion de l'autre
L'empathique, très connu mais tr!s peu pratiqué

#Avantages et inconvénients : 


#L'intelligence émotionnelle au service de la gestion du stress:

1 Repérer précisément l'émotion de l'autre
2 Indiquer que cette émotion a bien été entendu
3 adopter une attitude emphatique de compréhension
4 Chercher une solution à l'origine de l'émotion

#L'es 3 manières de gérer ses émotions en situation de stress:
- L'émotion "exposée" : agressivité, attaque de l'autre
- L'émotion "inhibée" : la passivité , la fuite (passivité inhibée ou agressive , vengeance)
- L'émotion "exprimée" : assertivité, no stress

L'impact +ou- est en sens inverse pour sa santé ou pour la relation

#Ce que nous apprend la psychologie positive  pour augmenter son sentiment de bien être et réduire les effets du stress :
- programmer des activité plaisantes
- augmenter sa sociabilité
- effectuer des "actes de gentillesse gratuite"

#La gestion du stress :facteurs de protection 
- L'hygiène de vie : alimentation, activités physiques et sportives, sommeil
- Le soutien social : émotionnel , informatif, matériel

#La gestion du stress :feuille de route

mercredi 14 novembre 2018

Commentaire 47 : 21 Leçons pour le XXIème siècle 1/4


C'est en historien que Yuval Noah Harari aborde ses leçons pour le XXIème siècle, c'est à dire non pas en cherchant à prédire l'avenir mais en mettant en perspective les  problématiques actuelles avec la culture du temps long de l'historien sous forme de discussions.
Evidemment tout cela est assez marketé "best seller mondial", fortement teinté des subjectivités voire des passions-obsessions de l'auteur, qu'il dévoile volontiers .
Mais le livre atteint son objectif en nous incitant à utiliser ce que nous avons, notre appareil culturel actuel pour tenter de nous construire une vision de l'avenir, d'en relever les défis, de nous poser les bonnes questions et pourquoi pas, nous inciter à faire pression sur les politiques pour aligner leur programme à ses nouvelles dimensions du réel.
Il démarre par des thématiques liées aux technologies, notamment la fusion infotech et biotech pour élargir aux questions de société (politique, guerre, terrorisme, justice) pour aller vers les questions plus spirituelles ou métaphysiques (peut être là , où il est , peut être , le plus personnel et le moins convaincant.

1ière partie Le défi technologique :

# 1Désillusion : il démarre par l'épuisement des grands récits qui ont soutenu ces derniers siècles : en 1938 les hommes avaient le choix entre le récit fasciste, le récit communiste et le récit libéral , en 1968 il n'y en avait plus que deux, aujourd'hui , il n'y en a plus.Il n'ya plus de sens.
La question se pose : quel grand récit inventer et comment ?
Faute de mieux le récit libéral demeure , de moins en moins porteur mais seul récit encore global, il occupe le terrain. Sauf pour ceux qui en abandonne l'idée même préférant se réfugier dans un conte nationaliste (russes) ou religieux local (islam) ;
Le libéralisme n'a plus de réponse évidente aux plus gros défis que nous rencontrons : effondrement écologique et disruption technologique.
Ce n'es pas sa réponse traditionnelle, la croissance économique, qui permettra de les résoudre.
Il nous appartient donc de créer ce nouveau récit.

L'humanité n'est pas encore au point de parvenir à un consensus sur ces questions : après les avoir longtemps niées (cf les années 60-70 et des penseurs comme René Dumont), elle est passée au mode colère, désillusion,  sentant qu'il se passe quelque chose mais quoi exactement ?

 2 Le Travail : quelle sera la situation du marché de l'emploi en 2050 ? Des millions de gens seront ils devenus inutiles en quelques décennies ou l'automation continuera t-elle à longue échéance de créer des emplois ? Voilà le dilemme promis.
#L'être humain possède deux types de capacités physiques et cognitives.Par le passé les machines étaient concurrentes de l'homme essentiellement dans le domaine des capacités physiques, aujourd'hui avec l'IA elles rentrent dans le domaine des capacités cognitives.
#Il apparait notamment que tous nos choix ,de celui dents aliments à celui dents partenaires ne relèvent  pas d'un mystérieux libre arbitre mais de milliards de neurones qui calculent des probabilités en une fraction de seconde : l'intuition n'est que reconnaissance de forme.
#La menace de pertes d'emplois résulterait de la convergence entre infotech et biotech. Les êtres humains étant des individus, il est difficile de les connecter l'un à l'autre et de s'assurer qu'ils sont tous à jour.Les ordinateurs étant des machines, il est plus facile d elles intégrer en un seul réseau flexible : les individus seront probablement petit à petit remplacés par un réseau intégré.
Ainsi les IA médecins pourront fournir des soins bien moins chers et bien meilleurs à des milliards de gens.
Les véhicules autonomes pourront fournir une bien meilleure qualité de transport et en particulier réduire la mortalité.
#Plutôt que de rivaliser les humains devraient se concentrer sur les services qui entourent l'IA et en tirer le meilleur parti.
Malgré l'apparition de nouveaux emplois nouveaux, pourrait émerger une nouvelle classe inutile et souffrir à la fois d'un chômage élevé et d'une pénurie de main d'oeuvre qualifiée.
Aucun emploi n'échappera à cette menace du chômage car l'automation et l'apprentissage automatique ne cesseront de progresser.

#Au XIXème siècle la révolution industrielle créa des conditions et problèmes nouveaux auxquels aucun des modèles sociaux , économiques et politiques existant ne permettaient de faire face. Le féodalisme, le monarchisme et les religions traditionnelles n'étaient pas adaptés pour gérer des métropoles industrielles, les millions d'ouvriers déracinés ou la nature sans cesse changeante de l'économie moderne. Par conséquent l'humanité dut développer des modèles nouveaux : démocraties libérales, dictatures communistes et régimes fascistes.
#La 1ère étape consisterait à reconnaitre honnêtement que les modèles sociaux, économiques et politiques hérités ne sont plus à la hauteur du défi.
De nouveaux modèles économiques et sociaux axés sur la protection des hommes plutôt que des emplois doivent ensuite émerger. 
Des 1ères pistes existent : revenu universel, élargissement de la gamme des activités rémunérées (comme élever un enfant) ; les pouvoirs publics pourraient dispenser des services universels de base plutôt que de l'argent ; comme l'éducation, de soins médicaux, des transports...

3 La liberté : plutôt que du chômage de masse, nous devrions nous inquiéter du glissement de l'autorité des hommes aux algorithmes .
#Pendant des milliers d'années les humains ont cru que l'autorité venait de lois divines plutôt que du coeur humain et qu'il fallait sanctifier la parole de Dieu plutôt que la parole humaine.
#Nous sommes à la confluence de deux grandes révolutions : d'un  côté les biologistes décryptent les mystères du corps humain et en particulier du cerveau et des sentiments ; de l'autre les informaticiens nous procurent un pouvoir de traitement des données sans précédent.
En médecine par exemple : les gens bénéficieront du meilleur service de l'histoire mais pour cette raison précisément seront motu le temps malade. Qui aura le temps et l'énergie d'affronter,nter toutes ces maladies ? Au mieux notre algorithme santé fera les ajustements.
#L'invention décisive est celle du capteur biométrique que l'on peut porter sur le corps ou à l'intérieur et qui convertit les processus biologiques en informations électroniques que les ordinateurs peuvent stocker et analyser.
#Comme pour la navigation dans l'espace avec le GPS, nous pourrions laisser l'IA prendre des décisions sur nos carrières ou nos relations, dès lors qu'il sera établi qu'elles seront meilleures
#Qu'adviendra t-il de cette vision de la vie dès lors que l'IA choisira pour nous? Qu'adviendra t-il des religions dont le fond de commerce était l'assistance de personne en décision.
# Comment ne pas penser à l'avénement de dictature digitale ?
Pour les éviter nous ne pouvons que souhaiter le développement d'une conscience humaine (capacité à éprouver de la douleur et de la joie, de l'amour et de la colère.
Big data risque d'éteindre la liberté et pourrait créer les sociétés les plus inégales qui aient jamais existé.Le pouvoir étant concentré aux mains d'une minuscule élite tandis que la plupart des gens souffriraient non pas d'exploitation mais d'inutilité.

mardi 13 novembre 2018

Citation 63 : Alaa el Aswany

"Nous avons commencé la bataille du changement et nous vaincrons mais la victoire ne sera pas facile.
Alaa el Aswany, J'ai couru vers le Nil, Le Seuil, 2018.

mardi 6 novembre 2018

Lexique 189 : le stress

"L'homme moyen aura t-il l'endurance nécessaire à une vie de perpétuels bouleversements? Le changement est toujours stressant, et le monde trépidant de ce début de XXIème siècle produit une épidémie de stress."
Yuval Noah Harari.

samedi 3 novembre 2018

Citation 62 :Francois Garcia

"La barque a changé de cap brutalement , a décrit une longue courbe afin de contourner les vagues de plus en plus hautes qui s'élevaient face à nous ." François Garcia in Bye  bye bird, Verdier  2018.

mardi 30 octobre 2018

Citation 61: Alaa el Aswany

"Ensuite qui te dit que rien n'a changé? Chaque jour les gens sont plus conscients  et la vérité leur apparait plus clairement."
Alaa el Aswany, J'ai couru vers le Nil, Le Seuil, 2018.

mardi 16 octobre 2018

Citation 60 : Alaa el Aswany

"Nous changerons ce pays Asma.Je jure par Dieu que nous le changerons.Le changement ne sera pas facile.Nous rencontrerons de nombreuses difficultés, mais à la fin nous vaincrons."
Alaa el Aswany, J'ai couru vers le Nil, Le Seuil, 2018.

vendredi 5 octobre 2018

Expression 46 : Pour de vrai ?





Si le vrai est ce que l'on distingue communément du faux, marquant ainsi un rapport à la vérité, "pour de vrai ?" semble nous emmener , explorer un autre espace, celui des  rapports entre imaginaire  et  réalité.

Tout commence par le  Grand Larousse (édition XIX ° de 1865) qui nous précise que l'expression "pour de vrai ?" provient du langage des enfants ,signifiant sérieusement ou pour de bon. On dit ainsi à l'époque : "avoir un cheval pour de vrai"ou "veux tu jouer à la dinette? Non je vais diner pour de vrai".
Il s'agirait ainsi de marquer à la fois un effet de contraste avec le monde dit sérieux, celui des adultes et un rapport au jeu des enfants. 

150 ans et deux révolutions industrielles plus tard, force est de constater que l'imaginaire d'antan a considérablement gagné du terrain en proposant de nouveaux espaces, de plus en plus virtuels où l'esprit d'abord, puis le corps tout entier se voit proposer de plus en plus de situations fictives, de sensations suggérées.
Deux faits l'illustrent parfaitement :
L'entertainment, l'industrie les regroupant les jeux vidéo, le cinéma, la musique, les médias, les parcs la vod est depuis devenue  20 ans la 1ière industrie américaine.
Les  français passant par exemple pour la moitié d'entre eux , près de 5h par jour entre jeux vidéo et programme tv.
Les mondes virtuels sont donc entrés dans nos vies et l'innovation technologique n'a de cesse que de rapprocher les deux univers pour proposer les "plus belles expérience".
Souvenons nous de l'excellent Total Recall où Schwartzeneger se faisait poser des implants pour modifier ses souvenirs : sportif célèbre, milliardaire, agent secret ou star de la musique, tous ces choix étaient au catalogue de la société Recal et ouvraient autant de perspectives d'une nouvelle vie.

Autant de perspectives et aussi de nouvelles questions que le futur nous adresse, à nous et à nos enfants  
Quelques exemples :
Pourra t-on bientôt  passer une partie de sa vie , comme ses vacances , par exemple, dans un véritable univers virtuel? 

Pourra t-on demain ressusciter  des animaux anciens ou ou donner vie à des personnages de fiction?

Pourra t -on également à l'inverse  mener dans la réalité l'existence de personnages de fiction ?


Toutes ces questions ,aussi badines soient elles ne sont -elles pas autant de propositions exploratoires, tel que le fut le Voyage dans la Lune pour Meliès en 1900.
Sans lui, sans Jules Vernes ou Cyrano de Bergerac,  Neil Armstrong aurait il pu concrétiser ce vieux projet des hommes depuis la nuit des temps : mettre le cap et les deux pieds sur la lune?
Mais de retour sur terre on va retrouver le  "Pour de vrai?" également dans les entreprises où pour attirer  les plus jeunes générations, on a également tendance à mettre du " jeu dans le travail"
Ce sont des processus de recrutement un peu ludiques ou des formations appelées serious game ou des modes de réflexion plus proches des jeux de rôle que du cours de fac.
On est encouragé à plaisanter, à discuter , faire du sport , passer du bon temps ensemble pendant et après le travail , au point où là on peut sentir un déplacement de frontières entre réel et virtuel , entre professionnel et personnel?
Là aussi la question peut donc se poser "Pour de vrai?" pour assure moi de comment je dois interpréter ce que tu viens de me dire : une blague ? une supposition ? un ordre ? et sur quel plan le prendre : personnel ? ,professionnel ?
Et ne surtout pas oublier que cette multiplicité des expériences va de paire avec une très forte normativité des comportements : on rejette très fortement le comportement déplacé.
aussi léger que plein sous entendu sur ce qu'est la réalité d'aujourd'hui, d'un monde réel décrit ,comme de plus en plus menacé.
Pour finir un poème de Chaplin, évoquant un dernier sens , celui du rapport a soi même, du moi social au monde intérieur, dévoilant là aussi tout un continent ,terrain d'exploration  des psy de toute obédience
Bon voyage                                                                                                                                                                 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances,                                                                                                      j’étais à la bonne place, au bon moment.Et, alors, j’ai pu me relaxer.







jeudi 4 octobre 2018

Lexique 188 : la chambre



"Changer de chambre, c'était changer de monde; c'était donc changer de vie.
Philippe Lançon in Le Lambeau, Gallimard 2018.

jeudi 27 septembre 2018

Citation 59 : Philippe Lançon

"Je savais que Gabriella ne reviendrait pas avant plus d'un mois.A cette époque, j'aurai changé même si j'ignorais à quel point et de quelle façon

Philippe Lançon in Le Lambeau, Gallimard 2018.

jeudi 20 septembre 2018

Citation 58 : Philippe Lançon


"Le 7janvier 2015 à 10h30, il n'y avait pas grand monde en France pour être Charlie. L'époque avait changé et nous n'y pouvions rien."
Philippe Lançon in Le Lambeau, Gallimard 2018.

vendredi 14 septembre 2018

Lexique 187 : écrire

"...écrire , c'était protester, mais c'était aussi, déjà accepter. La 1ière phrase a donc eu cette vertu immédiate : me faire comprendre à quel point ma vie allait changer, et qu'il fallait sans hésitation accepter tout ce que le changement imposerait."
Philippe Lançon in Le Lambeau, Gallimard 2018.

lundi 10 septembre 2018

Expression 45 : Il n'y pas de tabou



Une nouvelle expression à succès dans notre monde politique : Il n'y pas de tabou
Très pratiquée dan les allées du pouvoir, par les ministres , les responsables politiques , elle est censée indiquée la largeur, l'ouverture d'esprit de ceux qui la pratiquent.
Les 35H ? L''ISF ? L'impôt à la source? Les classes dédoublées ? Il n'y pas de tabou entend-on sur tous ces sujets depuis plusieurs années.
On pourrait même parler d'un aspect  trangressif car à n'en pas douter , cette formule sert assez souvent de ballon d'essai pour tester de nouvelles idées. Bien accueillies elles seront ensuite transformer en projet de loi, repoussées par l'opinion elles seront bien vite enterrées.
L'envers du tabou pouvant s'appeler la conviction en politique, cela nous donne une bonne indication sur celles de notre époque : il n'y aurait pas (plus ) de tabou et corrélativement aussi peu de convictions.
Pour aller plus loin, on pourrait même dire que notre époque de profonde mutation du monde remet en question beaucoup des principes et convictions qui nous gouvernent.
On sent même qu' elles ne nous aideront pas à surmonter nos difficultés actuelles.
C'est exactement l'analyse que va faire  Sigmund Freud  en 1913 dans son livre Totems et Tabous.
Il s'intéresse alors à l'inceste dans les sociétés primitives et définit totems et tabous comme le ciment de l'organisation des clans comme les fondements de notre civilisation .
Transformer la société revient certainement à remettre en question certains tabous pour se mettre en phase avec les enjeux d'une époque.
 Tout le monde semble d'accord, le plus difficile étant de définir lesquels?


vendredi 27 juillet 2018

Bel été à tous, le Blog revient en septembre !


Citation 57 : Sylvain Tesson


"Ulysse n'a pas accepté que le pouvoir changeât de main. Il n'est guère obsédé par cette ritournelle du XXIème siècle : "Le monde change , il faut l'accepter".
Sylvain Tesson in Le Monde selon Homère, Editeurs parallèles 2018.

vendredi 20 juillet 2018

Citation 56 : Prince


"I know times are changing"
Prince, Purple Rain,1984

mardi 15 mai 2018

Citation 55 : Frédéric Beigbeder

"Je dis juste que si l'on change quelque chose dans notre génome, on en ignore les conséquences"
Frédéric Beigbeder in Une vie sans fin, Editions Grasset, 2017

lundi 7 mai 2018

expression 44 : L'être humain est il en train de remplacer l'homme ?

Depuis quelques temps, une nouvelle notion semble s'imposer un peu partout, dans les médias, débats ou les réseaux sociaux : l'être humain semblerait en passe de remplacer l'homme. Pas de quoi s'agiter me direz vous, tant ces deux notions semblent proches.
 Sauf qu'à y regarder d'un peu plus près , un mot qui se se substitue à un autre  est souvent le signe d'un léger mais certain déplacement de notre pensée de l'évolution de notre culture et de notre vision du monde.
Mais quel peut donc bien être le sens cette lente mais visible substitution ?

L'homme faisait  encore naguère figure de référent absolu, l'ultime créature de Dieu.
Son adaptabilité au monde et son habileté lui avaient permis de s'arracher de la plupart des pesanteurs terrestres , de prendre son destin en main pour dominer le monde.
Mais force est de constater que cette représentation a aujourd'hui quelque peu vieilli, qu'elle est  de plus en plus bagarrée, par des discours nouveaux , d'origine diverse, tentant tous de relativiser cette notion d'Homme.

Comparé à l'homme, l'être humain se présente immédiatement comme une notion plus douce et plus relative.Une créature moins dominante puisqu'elle laisse accroire à la possibilité d'une coexistence  avec d'autres  êtres "non humains "à ses côtés.
S'esquisserait alors une vision du monde légèrement différente,  passant d'une domination de l'homme sur le reste du monde à un écosystème plus équilibré.
Je vous propose un tout d'horizon de différentes notions mettant en scène , cette affaiblissement d'une part , ainsi que la reconnaissance de plus en plus forte des "non humains" et surtout des questions qu'elle  nous pose ?

-  L'appauvrissement constant de la planète : environnement de la vie des hommes depuis plus de 200000 ans. De plus en malade et vidée de ses ressources par la surpopulation et le dérèglement climatique: le 1ier août 2017 , nous finissions les ressources qu'elle peut produire en une année.
Combien de temps sera t-il encore possible d'y vivre est dans quelles conditions ? Voilà bien un enjeu majeur pour nos contemporains. C'est également une question vitale pour l'homme : comment exister sans la planète ?


-  Le développement des "être intelligents non humains" : plus se développent l'Intelligence artificielle et ses rejetons objets connectés ou robots, plus se confirme la nécessité de penser les relations entre l'être humain et ses nouvelles formes d'intelligence "non humaines " .
Encore au stade des  expérimentations, on invoque régulièrement une finalité positive et humaniste  "pour le bien des êtres humains", notamment dans le monde du travail . Avec une organisation de la société encore très axée sur le du travail et plusieurs études prospectives qui annoncent que 30 à 50% des emplois pourraient être automatisés dans les 15 ans à venir. De grands défis sont à venir. Comment dépasser ces logiques purement gestionnaires et managériales pour parvenir à repenser  le rôle et la fonction des intelligences "non humaines",? Quelle part  d'humanité préserver?



- La vie au delà de la mort : Le courant transhumaniste prétend utiliser les progrès de la science et de la technologie pour transformer l'homme et lui permettre de dépasser ses limites biologiques.
L'homme se rapprocherait petit à petit des limites de vieillissement de son enveloppe corporelle.
Espérer vivre mieux, repousser les limites cette mort de plus en plus insupportable, (plus on l'a repousse, plus elle le devient !) passe par l'intervention d'éléments technologiques et biologiques extérieurs avec plusieurs types de solutions qui vont s'affiner dans les prochaines décennies :
- soit comme Walt Disney,on conserve le corps dans le froid dans l'attente qu'un traitement permettra de guérir et réveiller l'individu
- soit à partir de la connaissance de son séquençage ADN, de ses forces et de ses faiblesses, on  remplace les organes défaillant ou malades  par des objets techno-bio (déjà très visible dans certaines manifestations handi sports)permettant à l'individu de retrouver ses capacités.
- soit on exporte l'esprit, la conscience (pardonnez mon imprécision) en dehors de l'enveloppe corporelle pour continuer à la faire fonctionner
 Evidemment on sent bien "qu'il n'y en aura pas pour tout le monde !"Il s'agit pour ces chercheurs  et milliardaires californiens de retrouver la recette de l'apprenti sorcier  : comment repousser la mort.
Mais que sera l'être humain sans la mort ?

-  La vie dans l'espace : Et si nous étions  amenés à rencontrer, ici ou ailleurs d'autres "êtres non humains"? Drôle de question me direz vous ? De la science fiction ? Pas totalement  pour les scientifiques qui estiment que les conditions d'apparition de la vie sur terre sont reproductibles et que notre capacité d'observation de l'espace augmentant constamment : on n'a jamais été aussi prêt de découvrir des traces de vie ailleurs que sur notre planète.
Et là je demande à voir ,le jour où l'annonce sera faite, que quelque part , dans une lointaine galaxie (même inatteignable) des trace de vie ont été trouvées.
Il me semble que ce jour là la relativité de l'être humain sera tout à fait perceptible.
 J'ai toujours senti que c'était certainement là, la principale raison d'être de série comme Star Wars : inconsciemment, on se prépare à d'autres éventualités , spatiales, non humaines.
Et si la découverte de la vie ailleurs dans l'espace ..?



-  Le changement de rapport avec les animaux  : c'est pour moi une découverte assez récente que celle de cette volonté de certains intellectuels de repenser le rapport à animal. Un peu comme Michel Serres lorsqu'il parle de notre époque comme de la plus grande révolution depuis le néolithique, période où on a inventé l'agriculture, les villes , la culture et la domestication des animaux. Avant on les chasse pour se nourrir, on s'en protège lorsque l'on est menacé, après on les utilise pour l'élevage, se déplacer, les travaux de force, les tests médicaux.. Et ce pendant près de 10000 ans.
Cette évolution est plus aujourd'hui une revendication portée par ce qu'on appelle les " antispécistes", contre la toute puissance de l'espèce humaine sur les autres; ils revendiquent l'arrêt de la souffrance animale et souhaitent remplacer l'anthropomorphisme par le bio centrisme. D'ou la demande de reconnaissance d'un cadre juridique minimum de défense des droit autour de notions comme : ne plus les manger, ne plus les enfermer,   ne plus les torturer ni en faire commerce.
Et si le changement de rapport de l'homme à l'animal , modifiait ... ?

lundi 30 avril 2018

Citation 54 :Patrick Grainville

"Peut-on changer l'homme ?Y gagnerait-il ? L'horreur est elle inscrite dans nos atomes, dans ceux du cosmos ?
Patrick Grainville in La falaise des fous, Editions Seuil, 2018