dimanche 5 avril 2009

Temps de crise10: les prix dans la crise


Quel est le prix des biens de consommation en temps de crise? Ont-ils tendance à baisser pour redevenir plus accessibles ? A rester stables en attendant la reprise ? A augmenter pour les catégories les plus prisées ?
Si la crise impacte bien les prix il est plus difficile d'en lire le sens. D'autant qu'après le passage à l'euro et plusieurs années de hausse des prix du pétrole et des matières premières, l'impression générale est que les prix ont très fortement augmenté depuis 2000 . L'impression car en matière de prix les consommateurs connaissent surtout le prix des produits qu'ils achètent très fréquemment ( prix de la baguette) ou le prix des produits qu'ils achètent de façon exceptionnelle et nécessite une vraie étude de prix ( voiture , écran plat, ..)
On peut généralement observer trois effets :
- le brouillage du référentiel prix :
Le problème du juste prix. Quel est le juste prix quand les étiquettes sont modifiées au minimum deux fois dans l'année avec les soldes et les promotions ?( 3 désormais avec l'invention des soldes de printemps ).
Le consommateur à la recherche de pouvoir d'achat va avoir tendance à reporter ces achats en période de promotion au point ou la différence entre prix barrés et prix promo devient un indicateur de la bonne affaire réalisée.
- l'arbitrage des nouvelles priorités :
Le réflexe est à chaque fois constaté,l'entrée dans la crise entraîne une réduction des dépenses de tous même ceux qui ne sont pas directement impactés (perte d'emploi ). Cette réduction se traduit par un réexamen complet des dépenses sous le rapport qualité /prix avec des arbitrages forts. Ainsi en ce moment les baisses importantes constatées sur les marchés des eaux minérales , de la confiserie, des marques nationales au profit des MDD...
Trois axes guident cet arbitrage : le prix bien sur , la valeur d'usage ( chasse au gaspi , à l'inutile), le plaisir pur ( bonne tenue actuellement des produits d'évasion, de loisirs)
Internet et son entrée par la catégorie de produit , la facilité des comparaisons de prix favorise pleinement ces comportements.
- la corvée des courses et le refuge dans les petits achats plaisirs:
Les courses deviennent un peu plus une corvée en ces périodes. Corvée d'aller en famille en magasin , défiler devant des gondoles de produits pour renoncer à certains achats et surtout dire non à ces enfants.. D'où la préférence pour des magasins Hard Discount, moins tentant et ou le temps passé à faire les courses est fortement réduit.
Ce recentrage vers des courses efficaces et utiles ne va pas empêcher de petits achats plaisir pour se créer de petits moments de bonheur, celle de la pause en temps de crise, chacun en fonction de ses moyens.
D'où cet oxymore symbolisant parfaitement les bouleversement d'une époque : corvée des courses et achats plaisirs.